Springintgut – Park and ride

1270_Springintgut.jpg

Trois années se sont écoulées depuis la parution de son premier album Posten 90 sur son propre label Pingipung, et voilà  que City Centre Offices se charge d’accueillir Springintgut, masque artistique du jeune Andreas Otto.
Composé en partie dans le bouillonnement jovial d’Amsterdam et en partie reclus dans un lieu isolé et forestier en Allemagne, Park and ride est doté d’un caractère bivalent et dévoile diverses facettes de son auteur.
D.’une part, on palpe très nettement la passion vouée à  Mouse on Mars, avec des titres plutôt enjoués, aux mélodies et rythmes entraînants, syncopés, incrustés de détails, gorgés de digressions ludiques (le tubesque et imposant »Colossos » le guilleret »Whistleblow biker » frais comme une balade à  bicyclette), mélodiquement soutenus par des cordes tantôt soyeuses (Day off), tantôt pincées et maritimes (Cousteau).
D.’un autre côté, Springintgut retranscrit un état isolationniste à  travers une électronica plus introvertie, à  l’humeur maussade (Precastor, les ambiances tristounes de Seoul drops, les nébuleuses saturées de Everything in focus), voire obscure et inquiétante (basse profonde, craquements, larsens et samples de piano constituent l’épée de Damokles qui menace de s’abattre sur nous).
« Park and ride » aurait pu de manière plus explicite s’intituler Isolation and entertainment.

Sébastien Radiguet

3_5.gif

Tracklist :
Day off
Colossos
Cousteau
Precastor
Seoul drops
Damokles
A few words on bright nights
Day echo
Whistleblow biker
Everything in focus
Outpost

Durée : 45.’53

City centre offices/La Baleine – 2 mars 2007

Plus+
www.city-centre-offices.de
www.myspace.com/springintgut
www.myspace.com/citycentreoffices
www.pingipung.de

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *