Caïn et Adèle, de Régis Descott

cain.jpgCe deuxième roman de Régis Descott est dans la ligne directe de son »Pavillon 38″ thriller époustouflant qui plonge le lecteur dans les méandres du milieu psychiatrique et du tueur en série. Cela se passe en France, le personnage principal est le docteur Suzanne Lohmann qui a découvert, en pistant l’Anaconda, qu’elle était attirée vers les sombres abîmes de la folie humaine.

C’est son métier, c’est ainsi. Elle a quitté son poste à  l’hôpital des malades difficiles pour ouvrir son propre cabinet. Elle est encore marquée par les douloureux événements qui ont été liés à  l’enquête précédente, forte d’avoir contribué à  l’arrestation de ce tueur en série, non sans avoir payé son propre tribut. Elle est désormais seule avec ses deux filles, tentant de renouer des rapports plus apaisants, malgré les cicatrices encore marquantes.

Un jour, Suzanne est accrochée par une voiture de sport. Un homme l’aborde, l’invite chez lui et elle le suit. Abel Frontera est un individu au charme inquiétant, pourtant Suzanne est séduite. De toute façon, elle n’a guère le temps de s’épancher : une nouvelle série de crimes atroces appliqués selon le même rite barbare monte à  la surface, suivie de peu par l’annonce d’une évasion, celle de l’Anaconda. Suzanne est menacée.

En tant qu’expert psycho-criminologique, le docteur Lohmann va participer aux enquêtes, de même qu’elle tente de faire front dans son rôle de mère et d’entretenir un semblant de vie sentimentale. Sans oublier non plus qu’elle vient de recevoir la visite troublante d’une femme »étrange » dans son cabinet, qui lui fait des confidences tout aussi douteuses.

L’histoire se voit donc partagée entre de multiples intrigues, qu’on estime ficelées, et qui plonge non seulement l’héroîne mais aussi le lecteur au bord du précipice. La tension est palpable, grossie au fil des chapitres. Les éléments s’enchaînent, la course du tueur fou se poursuit à  perdre haleine, les scènes de crimes sont frappées du sceau de l’infamie. Le scénario est efficace, glaçant mais redoutable. On s’y engouffre avec une affligeante fascination chevillée au corps. Impossible de relâcher la pression. C’est tenace !

Avec »Caîn et Adèle » thriller au coeur du transsexualisme et de la gémellité, Régis Descott livre une version moderne et hallucinante du mythe biblique de Caîn et Abel. J’ajouterai aussi que l’auteur parvient, à  s’y méprendre, à  se glisser dans la peau de Suzanne Lohmann, lui offrant une dimension altruiste et vulnérable. C’est très souvent observé avec minutie, la psychologie devenant un atout imparable pour démêler les fils de cet imbroglio macabre. Enfin bref, ce livre sera le compagnon de vos nuits blanches !

Stéphanie Verlingue

3_5.gif

Caîn et Adèle de Régis Descott
Editeur : JC Lattès – 328 pages, 18€¬
Publication : 22/02/2007

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *