Michaela Melian – Los Angeles

michaela_melian_la_cover.jpgIl se dit ci et là  que Michaela Melian est bassiste au sein du meilleur groupe allemand, à  savoir F.S.K. L’heure n’étant pas à  la polémique, contentons-nous de dire qu’elle est au moins une figure importante et attachante de la scène musicale germanique. Et qui plus est, une musicienne accomplie sachant se renouveler, si on en juge de part les kilomètres qui séparent Los Angeles de Baden-Baden (son précédent album, en tout point réussi en matière de techno ralentie et mélancolique).

Les kilomètres avalés, comme tout ou partie des beats, et nous voilà  en présence d’un album davantage tourné vers des territoires ambient en mouvement. Tenant à  elle seule les pupitres de violoncelle, guitare, ukulele, basse, orgue et mélodica, entouré de ses pédales d’effet et de son acolyte Carl Oesterhelt en charge des parties les plus synthétiques (programmations, claviers…), Michaela construit des boucles riches et séduisantes. Avec un talent tel qu’elle s’en va battre sur son propre terrain de jeu la touchante Colleen des débuts (Föhrenwald, dont le glockenspiel et les boucles égrotantes pourraient constituer la crème d’Everyone alive wants answers).

Ailleurs, Michaela nous embrouille l’esprit avec les nappes saturées de Stein, ou celles plus pures d’Angel, avec ses choeurs séraphiques et sa mélodie au synthétisme grésillant.

A côté de cet état contemplatif dans lequel elle nous plonge, on trouve des pièces plus lumineuses et enlevées (le ukulele et la guitare espagnole qui trottinent sur Stift), voire très rythmées comme au bon vieux temps (Convention vient clore une soirée moite sur le dancefloor, dans un esprit très jazzy, apporté par une jolie grille d’accords de piano et quelques pêches de trompette bouchée).

Avant de clore le chapitre par une reprise à  la sauce minimal tech du Manifesto de Brian Ferry, Michaela joue la femme orchestre sur l’auguste et cinématographique Sebastian.

De Baden Baden à  Los Angeles, ou comment cultiver l’art du renouvellement sans aucune faute de goût…

4_5.gif

Sébastien Radiguet

Monika enterprise / La Baleine

Tracklist
01. Locke-pistole-kreuz
02. Angel
03. Föhrenwald
04. Buchberg
05. Stein
06. Stift
07. Convention
08. Sebastian
09. Manifesto

Durée : 59’57

Date de sortie : 5 octobre 2007

Plus+
Le site officiel du label Monika enterprise
L’espace MySpace du label Monika enterprise

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *