La France

lafrance.jpgSur le thème éternel de la transsexualisation de l’être qui le rapproche de son amour, »La France » offre une vision nouvelle de la première guerre mondiale et de la recherche de l’amour. Il y a peu, l’inoubliable »Céladon » de Rohmer présentait la même idée, sur un même thème général, mais au temps des druides.

Ici, Serge Bozon transforme la femme en homme, mais jamais au point de la faire rester éternellement dans un changement de sexe, d’identité, ou du moins de la faire hésiter, réfléchir sur son changement psychologique et sur l’attitude finalement habituelle qu’elle se force à  garder. Ce qui enlève donc un peu d’intérêt à  cette histoire déjà  vue, mais traitée avec un beau phrasé scénaristique.

Les situations s’enchaînent avec crédibilité, et malgré la non-reconstitution (manque de moyens fatal), cette France sonne juste ; une série de costumes suffit amplement, et c’est bien plus la science du cadre que l’on prendra plaisir à  analyser, plutôt que le nombre de boutons constituant l’uniforme de Pascal Greggory. A la manière de »Honor de cavalleria » (vu cette année aussi), mais sans l’insupportable maniérisme de ce dernier, »La France » est un film minimaliste, aux situations peu complexes mais totalement assurées, à  la reconstitution imaginée et aux silences perturbants. Grâce au splendide travail sur l’image (les nuits d’un bleu braisé), et à  une nature filmée avec poésie, ce film étonnant convoque à  la fois la distanciation du cinéma d’auteur et l’onirisme cru du grand public.

Mais pourtant, le propos du réalisateur semble souvent peu clair : en témoignent de fâcheux divertissements musicaux gâchant instantanément le charme dramatique du film, et cassant la volupté des visages et des corps filmés dans le soir. Il y a aussi certains passages balisés, revus et corrigés sauce ‘auteur’ (la famille qui héberge les soldats dans la ferme, par exemple), déracinant l’originalité de construction du film. De mauvaises idées donc, mélangées à  de très bonnes (la scène de sexe finale rappelle au spectateur qui est vraiment le personnage principal), donnant un film bourré de détails un peu gros et souffrant du surjeu de certains acteurs secondaires. Pourtant, malgré ces défauts, »La France » est un film qui a du charme et qui mélange tellement bien deux facettes du cinéma français qu’il en résulte une drôle de découverte, plus originale que son thème ne le laissait présager.

Et comme Sylvie Testud et Pascal Greggory crèvent l’écran, aucune raison de se priver face à  ce beau pays, enfin filmé sans fioriture, que détesteront certains mais qu’apprécieront grandement les autres. Ca passe ou ça casse, mais avouons l’indéniable talent de conteur du cinéaste Serge Bozon, ainsi que son immense travail de cohérence esthétique (le plan où Pascal Greggory se baigne nu dans l’eau froide, le soir bleuâtre, à  côté d’un coucher de soleil châtoyant qui semble être découpé du décor, appartenant à  un autre monde, celui de l’espoir, résume tout à  fait ce travail). A voir…

jean-Baptiste Doulcet

3.gif

La France
Film français de Serge Bozon
Genre : drame, guerre
Durée : 1h42
Sortie : 21 Novembre 2007
Avec Sylvie Testud, Pascal Greggory, Guillaume Depardieu

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *