Matantemma, de Michel Picard

picard.jpg« Sa vie était remplie de menues obligations démesurées, de minuscules corvées disproportionnées, auxquelles il lui était rigoureusement impossible de se soustraire. Au moins n’était-elle pas de ces sans-allure qui traînent au lit, laissent aller leur ménage et ouvrent des boîtes pour leur mari ! La représentation qu’elle se faisait d’elle-même requérait sans trêve un incontestable héroîsme, ce qui l’eût bien surprise si on le lui avait dit »

Celle qui est fière de ne pas être une »sans-allure » s’appelle Matantemma. Mise au chômage, cette ménagère accomplie a mis un point d’honneur à  rendre sa maison propre, toujours dans un souci excessif, mais de plus en plus obsédant, quitte à  inquiéter son époux, Mononclandré, également rendu à  une inactivité brutale avec sa pré-retraite. La vie du couple est lisse, engluée dans son ordinaire, rythmée par les tâches domestiques.

Alors, près de 200 pages pour suivre les pérégrinations d’une maniaque du nettoyage ? En fait, le roman de Michel Picard est un chouia plus consistant, car cette vie de petits riens est également une radio du couple à  la retraite. Matantemma et Mononclandré, tout deux accusant les soixante ans, nous offrent des moments drôles, bonasses et faussement désespérants. Décrypter le quotidien, d’accord, mais avec un oeil tendre et doux-amer. L’auteur a su truquer le pathétique et offre un portrait plus attendrissant, sincère, très attachant, malgré les tics, les manies et les obsessions. La valse du B.A-BA du ménage peut être étourdissante, lassante. Pourtant, l’émotion est fichtrement bien calée, avec l’air de ne pas y toucher. Elle est là , à  fleur de peau, et s’étale sans rougir dans les dernières pages du roman.

Ce livre est une petite découverte qui inspire de la compassion, on ne se moque pas, on n’éprouve jamais de mépris. Au contraire. Il y a des rires, des larmes, c’est surprenant !

Stéphanie Verlingue

3_5.gif

Matantemma – Michel Picard
de Michel Picard
Editeur : Buchet Chastel
176 pages – 15 euros
Publication : 23/8/2007

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *