Trilogie avec dames, de Will & Desberg

Peu de gens le savent mais le célèbre auteur des aventures de »Tif et Tondu » a, sur la fin de sa carrière (fin des années 80, début 90), fait paraître trois livres dans lesquels il laissa libre court à  son penchant pour les belles formes féminines. « Le jardin des désirs » et »La 27e lettre » furent édités dans la collection »Aire Libre » de Dupuis, et »l’appel de l’enfer » parut chez P&T.
En effet, fatigué de dessiner une série dont le résultat final le laissait de plus en plus sur sa faim, Will décide en compagnie de Stephen Desberg de dessiner des histoires pour adultes, en se faisant plaisir tant au niveau narratif que graphique, en utilisant notamment la couleur directe. Et le résultat, plus de 15 après est toujours aussi impressionnant.

Le livre commence avec »Le jardin des désirs » sorte de conte qui raconte la quête initiatique d’un jeune homme. Un récit où l’érotisme et les formes sculpturales des jeunes femmes éblouissent plus que l’histoire en elle-même. Les choses sérieuses commencent avec »La 27e lettre » formidable récit romanesque qui narre la vie d’une jeune garçon recueilli par les femmes d’une maison close dans l’Allemagne nazie. Une histoire très belle, parfaitement racontée et qui laisse éclater un peu plus le talent de dessinateur d’un Will au sommet de son art.
Enfin, la dernière partie, »l’appel de l’enfer » se veut plus drôle mais tout aussi passionnante, avec trois courtes histoires, sortes de contes moraux, dans lesquels ont sent les deux auteurs s’être beaucoup amusés à  mettre en scène ces histoires d’hommes cocus ou transformés en éléphants.
Trois histoires qui ont comme point commun de parler de séduction, de sexe, d’érotisme, de tromperie ou plus simplement d’amour avec une grande finesse et sans la moindre lourdeur ni vulgarité.

Bref, que du bonheur à  la lecture de ce beau recueil, avec des histoires à  la fois poétiques, enlevées, drôles et légères et ce malgré, parfois, le côté sombre du propos comme dans »La 27e lettre ». Et si la publication de cette trilogie peut être d’abord perçue comme une forme d’hommage au père »Tif et Tondu » décédé en 2000, elle est aussi un formidable témoignage du talent de deux auteurs doués pour raconter de bonnes et solides histoires, une manière aussi de retourner aux sources de la bande dessinée.

Benoît Richard

4.gif

Trilogie avec dames
Scénario : Stephen Desberg
Dessin : Will
Editeur : dupuis
Collection Aire Libre
208 pages – 30 euros
publication : octobre 2007

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *