Les petits riens T.2 : Le Syndrome du prisonnier, de Lewis Trondheim

Après »La malédiction du parapluie » Lewis Trondheim publie le second volet de ses »petits riens » sorte de journal intime, de carnet de bord des aventures de sa vie, entre réflexions philosophiques, la vie de famille (ses vacances en Guadeloupe »), les copains et les différents festivals (Afrique du Sud, Bastia, Angoulême ») auxquels il est invité. Bref, la vie ordinaire d’un dessinateur extraordinaire qui se met en scène souvent avec brio, toujours avec à -propos et juste ce qu’il faut de talent pour capter notre attention avec les détails les plus insignifiants du quotidien.

« Le syndrome du prisonnier, c’est lorsque quelqu’un est enfermé et qu’il ne fait rien. Et en ne faisant plus rien, il est de plus en plus fatigué et a de moins en moins envie de faire des choses » C.’est donc cet étrange syndrome, dont on découvre la définition au détour d’une page, qui donne son titre à  un livre où l’on va retrouver une fois encore ce ton si léger, ce sens de l’ autodérision affirmé, cet humour, cette narration fluide »qui font que ce livre se dévore d’une traite.
Comme souvent chez Lewis Trondheim, partant des choses les plus banales (la mort d’un chat, une visite chez le dentiste »), il réussit la plupart du temps à  donner une consistance et un intérêt certain au récit de ces moments vécus. Certes, c’est parfois inégal mais globalement , tout ça forme un ensemble qui se tient et que l’on prend plaisir à  découvrir.

Alors tant que le père du défunt Lapinot continuera à  alimenter son blog (on peu y lire momentanément les futures pages) et à  éditer de manière régulière ses »petits riens » si bien dessinés, si joliment mis en couleur, on ne pourra que se réjouir que cet exercice dure encore le plus longtemps possible.

4.gif

Les petits riens, Tome 2 : Le syndrome du prisonnier
Editeur : Delcourt
Collection : Shampooing
128 pages – 11,50 euros
Publication :07/11/2007

Plus+
www.editions-delcourt.fr
le blog de Lewis Trondheim

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *