v/a Bearsuit – Weevil in a biscuit

va_bearsuit.jpgFace à  la pléthore d’artistes dont regorge MySpace, le label écossais Bearsuit a eu la bonne idée de tirer quelques-uns d’entre eux de l’ombre. Pleine à  craquer, cette compil Weevil in a biscuit a invité quelques 16 artistes, pour la plupart non signés, tous gagnés par une évidente indépendance, et officiant dans des registres divers et variés.

On trouve ainsi du simili-krautrock nourri d’une grosse basse synthétique et de jolis jeux de guitares découpées chez PNDC, ou gonflé aux synthés analogiques et rehaussé d’une voix atonale et hallucinée chez Anne King. Avec Alone together, l’heure est davantage à  la rigolade : une séquence piano dévale à  toute berzingue pour laisser place à  une cavalcade ludique chantée par une chorale de Schtroumpfs sous hélium. Vraiment étrange, Oomiaq livre une triste ritournelle portée par des voix d’enfants un rien flippantes. Half brother de Oldman (projet de Charles-Eric Charrier, demi-Man), sonne un peu comme du Swell lo-fi, déglingué et nonchalant, piqué de débris noisy, bluesy et crasseux. Kaboom Karavan et Harold Nono versent davantage dans l’expérimental : le premier vient poser des boucles de cordes sur un tapis de fields recordings et bruits étranges ; tandis que le second découpe et traite diverses sources instrumentales et vocales, pour un résultat plus harmonieux et minimal, insidieusement hypnotique. Dans une veine plutôt ambient, Limbic somnus joue avec drones aquatiques et saturations, alors que James Ross répète des motifs mélodiques faisant la part belle aux harmoniques, à  la guitare et aux bols tibétains (à  moins qu’il ne s’agisse de carillons ?). D’autres se font remarquer avec leurs mélodies en peluche (Pequena fiera), tutoyant l’onirisme de Mùm, aidés en cela de mélodica, piano électrique soyeux et glockenspiel rebondissant (Sonicbrat). En soeur jumelle et givrée de Piana, Linda Bjalla charme et convie au rêve avec ses piano et glockenspiel élégiaques, et sa voix angélique. D’anges il est aussi question chez DM Stith, puisque des voix célestes et irréelles planent au-dessus de ce crooner dépressif, qui seul derrière son piano, cloue Anthony sur place, s’avérant éminemment plus touchant. Avant que le chapitre ne se referme sur le piano maladif et poussiéreux de Cahier, le talentueux Hulk, toujours aussi épris de violon(celle), dévoile les contours de son album à  paraître chez Osaka, ceux-ci prenant la forme de vastes étendues nordiques et maritimes.

Un copieux menu riche de découvertes donc.

Sébastien Radiguet

4.gif

Bearsuit records / import
Tracklist
01. Anne King – Unknown us apart (www)
02. Alone together – Human beings (www)
03. PNDC – Pick up your tears (www)
04. Oomiaq – Aventure toi (www)
05. Oldman – Half brother (www)
06. Kaboom karavan – Toambertree (www)
07. Harold Nono – A shining space (www)
08. Pequena fiera! – Do re mi fa sol i kiss you (www)
09. Limbic somnus – A candy coated slow down (www)
10. Alfred Brown – As the dead ship sinks (www)
11. James Ross – Study no. 1 (www)
12. Linda Bjalla – You are alive (www)
13. DM Stith – Be my baby (www)
14. Sonicbrat – That little something (www)
15. Hulk – In the belly of the hungary white sea (www)
16. Cahier – Bebe (www)

Durée : 71’20

Sortie : décembre 2007

Plus+
L’espace MySpace du label Bearsuit records

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *