v/a Monika Bärchen – Songs for Bruno, Knut & Tom

MONIKA_va_barchen.jpgEn plus d’avoir été une année riche en disques hautement recommandables (ceux de Milenasong, Gudrun Gut et Michaela Melian, pour ne citer que les plus marquants), 2007 aura été l’occasion pour Monika enterprise de célébrer ses 10 ans d’existence et d’activisme, en faveur d’une musique électronique, pour laquelle les adjectifs singulière, pop et déviante sont souvent de rigueur.

La célébration de l’événement prend ici la forme d’une compilation regroupant des noms bien connus, majoritairement féminins, sinon auteurs d’albums, responsables de titres entendus sur les deux volets de 4 women no cry.

Probablement le plus illustre du lot, Robert Lippok ouvre le bal avec élégance et classicisme, avec un titre d’électro répétitive très germanique, où éléments mélodiques et rythmiques fusionnent parfaitement. Un peu plus loin, le seul autre homme de la compil, Max Punktezahl (The notwist, Jersey, Contriva), délivre un titre plus acoustique, dans un registre post-rock pastoral proche de ce que Contriva peut faire d’ordinaire.

Côté féminin, Eglantine Gouzy (auteur d’un album gentillet chez les irlandais Osaka) propose une bulle électro-pop lo-fi et mignonne, tandis que Rosaria Blefari joue la rockeuse de service avec un Verdad distordu, punk dans l’âme et dispensable. Masha Qrella nous propose un voyage quelques années en arrière, au pays de Depeche mode, reprenant avec sobriété leur Goodnight lovers, guitares indie en mains, et jolies vocalises en prime. Classe !

Les Chica & the folder font dans le boogie âpre, dans des sphères voisines de Gudrun Gut, qui elle, injecte un air de polka et de Pologne dans son électro si particulière, aussi amusante qu’attachante. L’occasion nous est donnée de prendre rendez-vous avec Quarks, toute première signature du label, qui apporte une touche d’exotisme insulaire et paisible, tout comme Dorit Chrysler, qui habille Sweden de theremin tremblotant, de cordes rêvasseuses et de roulements de marimba oniriques. Lile et Iris vendent des tranches de rêve, proposant un univers vaporeux cousin de celui de Piana, empli de sonorités cristallines, tout comme Mico qui incorpore dans ses bouts de coton quelques beats un peu plus incisifs. L’âme amochée, Milenasong ne fait que confirmer le bien qu’on pensait d’elle, accouchant du morceau le plus touchant et trouble du lot. Non décidée à  faire dans le véritable inédit, Michaela Melian se contente d’une version écourtée et à  peine reliftée du Locke pistole kreuz qui ouvre son récent Los Angeles.

Le dénouement est confié à  la vétéran Barbara Morgenstern, qui avec un piano et une voix ocellés de quelques picotements rythmiques, émeut presque.

Décidément, même après avoir passé le stade de la décennie, la petite entreprise de Monika ne connaît pas la crise.

Sébastien Radiguet

4.gif

Monika enterprise / La Baleine

Tracklist
01. Robert Lippok – The heart of Nuut picked by the crows of Neu Koeln
02. Eglantine Gouzy & Landini – L.A.
03. Chica and the folder – Kleines hoppla
04. Rosario Blefari – Verdad
05. Max Punktezahl – Dashes
06. Masha Qrella – Goodnight lovers
07. Gudrun Gut – Monika in Polen
08. Dorit Chrysler – Sweden
09. Quarks – Willkommen
10. Lile – Sticky images (Ismael Pickler remix)
11. Iris – Fever
12. Milenasong – Streichen
13. Mico – I see a soul
14. Michaela Melian – Locke pistole kreuz (Edit)
15. Barbara Morgenstern – Wilderness

Durée : 54’50

Sortie : décembre 2007

Plus+
Le site officiel du label Monika Enterprise
L’espace MySpace du label Monika Enterprise

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *