L’Horloge du Temps, de Jeanette Winterson

horloge.jpgLondres, en 2009. Silver Rivière, 11 ans, suit sa tante Mme Jetandor, désormais sa tutrice légale, chez un antiquaire, grand collectionneur d’horloges, qui tient boutique, appelée »Tempus Fugit » dans la capitale. Cet homme se nomme Abel Abysses et c’est une vieille connaissance de la famille Rivière. Abysses recherche un objet rare et précieux, le Garde-Temps, et espère cuisiner la petite fille pendant son séjour à  Londres, avec toute la complicité de la sotte Mme Jetandor.
Il y a quatre ans, les parents de Silver et sa petite soeur ont pris le train pour rejoindre Abysses et lui présenter cette horloge, mais la famille a brutalement disparu, emportée par une Tornade Temporelle.
Qu’est-ce donc ? Le gouvernement s’alarme, les scientifiques n’ont aucune réponse. Brutalement, le Temps s’emballe et fait un arrêt sur lui-même, parfois les personnes plongent dans le passé, parfois dans le futur, mais il est impossible d’en revenir.
Il y a une personne capable d’apporter des solutions : Régalia Mason, de la société Quanta qui s’occupe d’acheter le temps pour le revendre aux plus offrants. Mais collaborer avec cette femme redoutablement belle, potentiellement dangereuse, ressemble à  s’y méprendre à  pactiser avec le Diable !
De son côté, Silver ignore véritablement où se trouve l’horloge convoitée par Abel Abysses ET Régalia Mason. Mais elle comprend très vite qu’il faut fuir ces deux-là  et se réfugier auprès du peuple des Divergents, des habitants sous Terre, où Silver vient de rencontrer un nouvel ami, Gabriel, qui a pour fidèle compagnon un Mammouth du nom de Goliath.

L’aventure commence dans le manoir familial, Château-Chevêtre, étrange demeure qui tombe un peu en ruines, mais qui semble vivante et pleine de trésors cachés. Puis l’histoire nous emporte à  Londres, dans une boutique extraordinaire, mais habité par un antiquaire faussement débonnaire. Et puis brusquement, c’est la découverte de nouveaux décors, de possibilités infimes et innombrables, d’ouvertures à  une imagination complètement folle. C’est passionnant, étourdissant presque. Mais il faut s’accrocher aux détails, car ça tourbillonne dans tous les coins.
C’est un réel divertissement, un pur bonheur d’évasion et c’est très richement décrit, soigneusement paré, avec une ingénieuse solution pour la fin, qui a d’ailleurs failli me duper ! A noter, aussi, que la jeune héroîne, Silver Rivière est la digne héritière de ses ancêtres les pirates, et doit son prénom en clin d’oeil à  Long John Silver de »L’àŽle au Trésor ».
Un roman qui ne finit pas de nous surprendre !

Stéphanie Verlingue

4.gif

L’Horloge du Temps
de Jeanette Winterson
Hélène Collon (Traduction)
Editeur : Albin Michel
361 pages – 15 euros
parution : janvier 2008

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *