Glass Candy – Beatbox

glasscandy.jpgDécidément ce petit label Italians Do It Better n’en finit pas de nous réjouir. Alors que l’album des Chromatics (cf chronique) constituait déjà  une étonnante entrée en matière et posait les bases solides d’une musique tournée vers le début des année 80,

qui s’exprimait notamment par l’utilisation abusive et roborative de sonorités vintage synthé-pop, c’est au tour des Glass Candy de venir nous présenter une jolie madeleine pur beurre sous le nez pour nous rappeler que les années 80 c’était ça aussi.

En mélangeant les genres pop, disco, new wave, Glass Candy rappelle ainsi à  notre bon souvenir les pires (donc les meilleures !) musiques de l’époque dans un gros milk-shake incluant en vrac les B.O. au kilomètre de séries type »Magnum » ou »Miami Vice » mais également la B.O. du premier »Rocky » ou encore les musiques de Howard Shore pour Cronenberg et évidemment les B.O. de John Carpenter et de Goergio Moroder, personnalités désormais incontournables dès que qu’il s’agit d’évoquer les musiques pop électroniques de cette époque.
Bref, que du son 80.’s pur jus qui amène immédiatement des images de pantalons à  pinces jaune canari, de chevelures bouclées et de maquillages bien vulgaires »toute une imagerie follement désuette que recycle à  merveille Youtube aujourd’hui.

Mais »B/E/A/T/B/O/X » n’aurait pas vraiment d’intérêt s’il se contentait seulement de n’être qu’un clin d’oeil à  nos jeunes années. Car à  l’image du récit »batbox » de Miss Kittin, »B/E/A/T/B/O/X » revêt suffisamment d’atouts et de qualités (des mélodies et des riffs addictifs, un chant détaché plein de mélancolie ») pour que l’on prenne véritablement au sérieux ce groupe et que l’on apprécie à  sa juste valeur ce très très joli disque.

Benoît Richard

5.gif

Tracklist :
1.Introduction
2.Beatific
3.Etheric Device
4.Candy Castle
5.Rolling Down the Hills
6.Life After Sundown
7.Computer Love
8.Last Nite I Met a Costume
9.Digiital Versicolor

label : Italians do it better/Differ-ant
durée : 41′
sortie : janvier 2008

Plus+
www.myspace.com/glasscandy
www.myspace.com/italiansdoitbetterrecords

Envie de partager :

One thought on “Glass Candy – Beatbox

  1. Dernier sujet vidéo de The Art Pack sur Glass C/A/N/D/Y:

    http://www.dailymotion.com/FatCat_Films/video/x808gw_the-art-pack-glass-candy-unplugged_music

    Un bonbon de verre.

    Depuis peu de temps la //Mein Disko// -soirée branchée à musique hypnotique, s’est déplacée du ParisParis au Baron. Noblesse oblige. Guido et Vincent Ze ont autant d’amis bizarres que de bon goût. Du coup, on s’aime bien. Et on aime bien leur dernière trouvaille : Glass Candy.

    Label mystérieux en provenance de Portland, « Italians Do It Better » comme son nom ne l’indique pas, est passé en quelques années du statut de label obscur, imprint préféré des Djs marginaux, Crate Diggers, et autres nerds analogiques ; à celui de phénomène FuturePop international, attraction de tous les journalistes un peu curieux et des danseurs hypnotisés par une telle débauche de synthétiseurs cosmic et autres boites à rythmes vintage…

    Emmené par le frontman ghetto-dandy Johnny Jewel et sa muse interplanétaire Ida No, Glass Candy représente l’essence même de cette stratosphère sonore à la croisée entre Alice au Pays des Merveilles et Blade Runner.
    Slow-Motion Dance, Kraut-Disco Boogie, Analog Electro-Balearic, Ida & Johnny – qui, faut-il le rappeler, produisent leur musique sans le moindre séquenceur ou ordinateur – vous font danser sur une musique qui n’existe pas encore, celle de demain ou celle d’avant hier, on ne sait plus bien.

    “You stepped on it !! Fuck!!”*

  2. Dernier sujet vidéo de The Art Pack sur Glass C/A/N/D/Y:

    http://www.dailymotion.com/FatCat_Films/video/x808gw_the-art-pack-glass-candy-unplugged_music

    Un bonbon de verre.

    Depuis peu de temps la //Mein Disko// -soirée branchée à musique hypnotique, s’est déplacée du ParisParis au Baron. Noblesse oblige. Guido et Vincent Ze ont autant d’amis bizarres que de bon goût. Du coup, on s’aime bien. Et on aime bien leur dernière trouvaille : Glass Candy.

    Label mystérieux en provenance de Portland, « Italians Do It Better » comme son nom ne l’indique pas, est passé en quelques années du statut de label obscur, imprint préféré des Djs marginaux, Crate Diggers, et autres nerds analogiques ; à celui de phénomène FuturePop international, attraction de tous les journalistes un peu curieux et des danseurs hypnotisés par une telle débauche de synthétiseurs cosmic et autres boites à rythmes vintage…

    Emmené par le frontman ghetto-dandy Johnny Jewel et sa muse interplanétaire Ida No, Glass Candy représente l’essence même de cette stratosphère sonore à la croisée entre Alice au Pays des Merveilles et Blade Runner.
    Slow-Motion Dance, Kraut-Disco Boogie, Analog Electro-Balearic, Ida & Johnny – qui, faut-il le rappeler, produisent leur musique sans le moindre séquenceur ou ordinateur – vous font danser sur une musique qui n’existe pas encore, celle de demain ou celle d’avant hier, on ne sait plus bien.

    “You stepped on it !! Fuck!!”*

  3. Dernier sujet vidéo de The Art Pack sur Glass C/A/N/D/Y:

    http://www.dailymotion.com/FatCat_Films/video/x808gw_the-art-pack-glass-candy-unplugged_music

    Un bonbon de verre.

    Depuis peu de temps la //Mein Disko// -soirée branchée à musique hypnotique, s’est déplacée du ParisParis au Baron. Noblesse oblige. Guido et Vincent Ze ont autant d’amis bizarres que de bon goût. Du coup, on s’aime bien. Et on aime bien leur dernière trouvaille : Glass Candy.

    Label mystérieux en provenance de Portland, « Italians Do It Better » comme son nom ne l’indique pas, est passé en quelques années du statut de label obscur, imprint préféré des Djs marginaux, Crate Diggers, et autres nerds analogiques ; à celui de phénomène FuturePop international, attraction de tous les journalistes un peu curieux et des danseurs hypnotisés par une telle débauche de synthétiseurs cosmic et autres boites à rythmes vintage…

    Emmené par le frontman ghetto-dandy Johnny Jewel et sa muse interplanétaire Ida No, Glass Candy représente l’essence même de cette stratosphère sonore à la croisée entre Alice au Pays des Merveilles et Blade Runner.
    Slow-Motion Dance, Kraut-Disco Boogie, Analog Electro-Balearic, Ida & Johnny – qui, faut-il le rappeler, produisent leur musique sans le moindre séquenceur ou ordinateur – vous font danser sur une musique qui n’existe pas encore, celle de demain ou celle d’avant hier, on ne sait plus bien.

    “You stepped on it !! Fuck!!”*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *