Quand j’étais star, de J.P. Peyraud et M. Villard

star.jpgA première vue, on ne pensait pas que les comédies romantiques en bande dessinée de Jean-Philippe Peyraud avait grand chose à  voir avec les polars de Marc Villard, et pourtant la rencontre a eu lieu, la sauce a prise et le résultat donne un recueil de nouvelles dessinées très réussi, qui se dévore d’une traite et qu’on a envie de conseiller à  tout le monde.

Ce n’est pas la première fois que Marc Villard s’acoquine avec des auteurs de BD. On se souvient que son roman »Rouge est ma couleur » avait été adapté par Chauzy, et qu’il a participé à  l’écriture de »La Nuit de l’alligator » de Loustal et Paringaux.
Pour cette nouvelle collaboration, le dessinateur Jean-Philippe Peyraud (« Premières chaleurs » ») a puisé dans les nouvelles autobiographiques de Marc Villard pour en ressortir en une vingtaine de séquences qui, misent bout a bout, dressent un portrait drôle et attachant de cet auteur de série noire.

Mis en scène dans son quotidien, au boulot, en compagnie de sa femme et de son fils, en tournée à  travers la France, chez son psy… mais aussi dans des souvenirs de jeunesse, Marc Villard est parfaitement à  l’aise sous le trait de crayon souple et direct de Peyraud. Ce derneir le croque avec une certaine tendresse et nous montre un auteur névrosé, excentrique, à  la mauvaise fois et à  la mesquinerie la plupart de temps désopilante. Un drôlerie qui s’exprime quasiment à  chaque page, par exemple quand Villard balance un grand coup de pieds dans une pile de SAS dans une grande librairie ou encore quand ce dernier, en compagnie de sa femme, accusent un pauvre libraire de province de ne pas exposer ses polars en rayon parce que Villard est juif ou encore quand ce dernier fait une fixette sur la taille de son pénis.

Tout ça pour dire que que ce livre est vrai petit bonheur de lecture, extrêmement cocasse, avec la plupart du temps un point de vue auto-critique toujours bien vu. Un recueil de chroniques qui n’est pas sans rappeler »les Carnets » de Joann Sfar ou encore »les petits riens » de Lewis Trondheim. Et même si celui-ci peut paraitre moins abouti, il n’en reste pas moins un objet de lecture fort recommandable.
Benoît Richard

4.gif

Quand j’étais star,
Dessin : Jean-Philippe Peyraud
scénario : Marc Villard
Editeru : Casterman
Collection : Ecritures
232 pages N&B- 12,95€¬
Parution : janvier 2008

Plus+
www.marcvillard.net

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *