12h08 à  l est de Bucarest (DVD)

12h08.gr.jpgPourtant couronné de la caméra d’or à  Cannes en 2005, Le film du jeune Corneliu Porumboiu ne tient en rien ses promesses et se révèle particulièrement décevant en escamotant son objectif pourtant audacieux, celui de se demander si la révolution de Décembre 1989 qui vit la fin du régime Ceausescu a bien eu lieu, en quoi elle a concerné le peuple et ce qu’elle a bien pu changer.

« 12h08 à  l’est de Bucarest » prend le parti de traiter son sujet par le petit bout de la lorgnette. Loin de la capitale, un ancien ingénieur textile reconverti en animateur télé locale organise un débat avec deux invités : un prof soûlard et endetté et un vieux papy, bougon mais bon bougre, devant apporter leurs témoignages à  propos de leur présence sur la place publique avant, pendant ou après 12h08, la fameuse heure à  laquelle Ceausescu est renversé. Le seul à  revendiquer sa présence et donc sa participation active à  la révolution en marche, c’est le prof, à  peine sorti des brumes alcoolisées de sa dernière nuit. Mais les appels véhéments des téléspectateurs démentent tous sa version, et même le papy débonnaire et sage confesse sans honte être passé à  côté de l’événement.

Le film assez court se divise en deux parties : avant l’émission, on nous montre les trois protagonistes dans leurs univers respectifs qui ont en commun la même indigence du cadre de vie, la même désespérance à  devoir la supporter ; pendant l’émission, en caméra quasiment fixe et parfois tremblotante, on assiste au débat pitoyable et grand-guignolesque. Malgré quelques sourires – le papy désabusé réalisant des bateaux en papier pendant l’émission – l’impression générale laissée par »12h08 à  l’est de Bucarest » est celle d’un film fainéant, un brin potache et flirtant parfois avec une facilité éhontée, indigne des honneurs rendus aujourd’hui. Suivre pendant quelques minutes une voiture dont le toit est recouvert d’un sapin de Noël dans les rues labyrinthiques d’une ville relève du plan inutile, juste bon à  prouver une capacité technique.

Le plus désagréable de »12h08 à  l’est de Bucarest » réside dans son aspect indiscutablement plaisant et somme toute anodin, ce qui limite du même coup sa portée et l’ampute un peu trop vite de sa dimension politique et sociale. La farce qui se voudrait à  la fois cinglante et humaniste transforme ses personnages en charlots sympathiques qui tentent de sauver les apparences, en ne faisant que suggérer les effets du renversement du dictateur »12h08 à  l’est de Bucarest » fait donc partie de la catégorie : aussitôt vus, aussitôt oubliés. Donc une déception »

Patrick Braganti

2.gif

12h08 à  l’est de Bucarest
Film roumain de Corneliu Porumboiu
Genre : comédie Dramatique
Durée : 1h25
VF / VOSTF Dolby Digital 2.0 – 16/9 compatible 4/3 – 1.85
Sortie à  la Vente en DVD le 3 juin 2008
Caméra d’or, Cannes 2005

Bonus :
Scènes coupées commentées
Video clip de l’orchestre
Images sur la vie de Ceaucescu
Galerie photos
Bandes annonces

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *