Adem – Takes

Adem____Takes.jpgLongtemps, j’ai eu un rapport difficile avec les reprises. Non pas que j’étais totalement fermé à  ce genre, mais je me suis toujours demandé quel était l’intérêt de retravailler (ou non la plupart du temps) une chanson d’un autre plutôt que d’écrire une composition originale. J.’ai souvent trouvé que cela était un moyen trop facile pour plaire et pour faire vendre des disques. Bref, une technique pour artiste en manque d’imagination ou de  » produits  » essayant de s’acheter une légitimité aux yeux de beaucoup.
Et puis un jour, j’ai découvert Johnny Cash, remis en selle par Rick Rubin, qui s’amusait, à  quelques heures de sa mort, à  reprendre quelques titres célèbres, à  les dépouiller et à  leur donner une force immense avec quelques funestes de notes de guitares ou de piano, enveloppées dans une voix rocailleuse à  nulle autre pareille. Ce type là  a changé ma conception des covers en reprenant Hurt de Nine Inch Nails, un titre qui surpasse de loin l’original et me file toujours autant de frissons, même après un nombre incalculable d’écoutes.

Sans oser mettre les deux artistes au même plan, Adem (ex-membre de Fridge, le groupe qu’il formait avec, notamment, Four Tet) joue dans la même catégorie. Artiste (presque) totalement inconnu en France malgré deux albums divins (surtout le premier, »Homesongs » dont il faut absolument écouter le somptueux These Are Your Friends, un des grands singles de l’année 2004, disponible ici), il revient avec un troisième album »de reprises (vous l’aurez compris), »Takes » le bien nommé. Challenge délicat donc. Mais qu’il relève haut la main avec une force et un talent inouî. Et de deux manières.
Premièrement dans le choix de ses compositions. Ici, pas de standards ou de titres connus de tous. Non. Adem a du goût et nous le fait savoir en reprenant Yo La Tengo, Aphex Twin, Lisa Germano, Björk (période »Homogenic ») ou même Tortoise. Un tracklisting surprenant mais bien vu.
La seconde est dans la réécriture de ces titres. Adem a toujours été partisan d’un folk contemporain, lumineux et où les notes de guitares sonnent comme jamais. Et sur »Takes » il continue dans cette voie là . Il faut l’entendre sublimer Hotellounge de dEUS, envoyer au septième ciel mélodique Invisible Man des Breeders ou épouser les contours nerveux de Starla des Smashing Pumpkins (une b-side sortie en 1992).
Sur deux titres, Adem devient même fascinant : Oh My Lover de PJ Harvey, beaucoup moins électrique que l’original mais aux cordes somptueuses et le To Cure A Weakling Chile (Boy Girl Song) d’Aphex Twin, dans la plus pure tradition Adem, avec choeurs, xylophones, guitare acoustique, le tout se répétant et s’emmêlant, à  l’infini.

Bref, dans la même veine qu’un Jim O.’Rourke période »Eurêka » (la filiation est toujours d’actualité), Adem continue sur sa lancée d’un folk qui scintille et qui respire, en redonnant vie à  quelques titres fameux, pour la plupart passés dans l’oubli. Bref, un album de covers intelligent et diablement réussi.

Olivier Combes

4_5.gif

Tracklist:
01. Bedside Table (Bedhead)
02. Oh My Lover (PJ Harvey)
03. Slide (Lisa Germano)
04. Loro (Pinback)
05. Hotellounge (dEUS)
06. To Cure a Weakling Child »/ »Boy/Girl Song (Aphex Twin)
07. Tears are in Your Eyes (Yo La Tengo)
08. Starla (The Smashing Pumpkins)
09. Gamera (Tortoise)
10. Unravel (Björk)
11. Invisible Man (The Breeders)
12. Laser Beam (Low)

Label: Domino
Date de sortie: 12 mai 2008

Plus+
Myspace
Site Officiel

Vous pouvez retrouver cette chronique,  avec deux titres en écoute ici

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *