Spiritualized – Songs in A & E

spiritualized.jpgLadies and gentlemen we.’re floating in space serait-on tenté de dire à  l’écoute de l’album songs in a & e, si cette dénomination n’était pas justement déjà  le titre d’un des meilleurs albums de Spiritualized à  ce jour. Un album dont songs in a & e se démontre être un digne successeur, ne cédant ni à  la paresse, ni à  l’habitude Spiritualizienne, ni aux modes qui passent et viennent. Spiritualized ne transige pas. Il assène.

Ce qui frappe dès l’abord de ce nouvel opus, c’est la voix de Jason Pierce. On croirait entendre le Bob Dylan d’après l’accident. Chaque note qui sort de sa bouche semble lui coûter un bras. Bras où il apparaît que les excès de différentes natures chimiques aient laissé plus que des marques de shoot. Le bonhomme a en effet du faire face à  une longue maladie »en témoigne peut-être les cathéters en page centrale du livret de l’album, et la dédication de l’album aux employés de l’hôpital londonien de Whitechapel »à  moins qu’on ne continue à  filer la métaphore médicamenteuse vs drogue qui valait déjà  à  ladies and gentlemen we.’re floating in space d’apparaître vendu sous la forme d’une boîte de médicament. Peu importe finalement. La filiation est la même. Un album tiré par la voix éraflée de son chanteur et par ses thématiques de mort vivant : la mort qui vient et part, les amours mortes – sa muse s’est quand même barrée il y a un bail avec Richard Ashcroft – la folie, les rêves, la survivance, le spleen »

Musicalement songs in a & e alterne les ballades et les envolées de rock âpre et distordu. Sous une forme plus aboutie et plus richement réfléchie que les deux (néanmoins fort bons) albums précédents. Pierce et sa bande ont réussi à   » Spiritualized « iser un genre d’opéra rocke -pas glam – que ne parvient plus à  renouveler Mercury Rev, qui a perdu la connexion avec le rock terre à  terre au profit des vaporeux exercices de style éthérés mais parfois vains. On croise dès lors au milieu des titres de songs in a & e, des cordes, des violons doucement martyrisés en grincements, des cloches, des cuivres, des percussions, sans que jamais on ait l’impression que ces arrangements sont venus plaqués là  pour ajouter de la crème fouettée superflue au dessus de l’ensemble. Tout est à  sa place derrière la voix torturée de Jason Pierce, en rang serré: tout à  la fois comme le brancardier attendant la fin du bombardement pour aller récupérer les blessés sur le champ de bataille et comme le second couteau d’une bande de loubards, prêt à  en découdre si le chef de la bande se fait tailler le costard. Chaque titre commence comme un standard pop ou une ballade rock habituelle, mais le génie de Spiritualized est d’y instiller progressivement ici un gimmick, là  un arrangement tenseur, plus loin une rythmique plombante afin d’emmener progressivement chaque titre à  s’enrichir, à  se dévoiler avec nonchalance, à  acquérir plus de puissance et d’évidence mélodique au fil de l’écoute. l’ossature se garnit, mais on est à  chaque fois surpris du corps musical que Spiritualized nous crée dans l’instant , on ne sait jamais réellement à  quoi va ressembler le produit fini : nain bossu quand on croyait voir apparaître une jeune fille, jouvencelle sous ecstasy quand on croyaiit voir apparaître John Merrick »
l’album se déguste comme on boit du petit lait, mélange de voyeurisme de la peine de Jason Pierce (†˜tin le gars on sent vraiment la misère de son monde quand il chante) et de plaisir psyché rock comme on en partage que dans les autres albums de Spiritualized, ou un bon vieux Pink Floyd (biens chers frères prions pour que l’ami Jason ne finisse pas comme Syd Barret). On oscille avec Spiritualized entre peine de coeur et rage de vaincre ; entre perdant magnifique et avanie du corps blessé.

Songs in a & e trouve une place dans notre cd-thèque, avec évidence, juste à  côté de ladies and gentlemen we.’re floting in space, parce que ce nouvel album perpétue l’inventivité et la richesse du sus-cité, avec juste un tout petit peu de surprise en moins. Plus précieux que les deux précédents albums ramassés sur leur seule compétence rock orageuse il est aussi plus fébrile et pourtant plus abouti que ladies and gentlemen »S.’il fallait tenter la comparaison, on dirait que si ladies and gentlemen représentait le sommet, le point d’équilibre instable et majestueux, songs in a & e capture l’instant d’après la chute. Le moment où cassé, le visage en sang d’être tombé bas et vite, Spiritualized compte ses abatis et jure mais un peu tard, qu’on ne l’y reprendra plus. Assurément un de mes albums indispensables pour 2008.

Denis Verloes

4.gif

Tracklist
01. Harmony 1 (Mellotron)
02. Sweet Talk
03. Death Take Your Fiddle
04. I Got a Fire
05. Soul on Fire
06. Harmony 2 (Piano)
07. Sitting on Fire
08. Yeah Yeah
09. You Lie You Cheat
10. Harmony 3 (Voice)
11. Baby I’m Just a Fool
12. Don’t Hold Me Close
13. Harmony 4 (The Old Man…)
14. Waves Crash In
15. Harmony 5 (Accordion)
16. Borrowed Your Gun
17. Harmony 6 (Glockenspiel)
18. Goodnight Goodnight

Label: Cooperative Music / Pias
Date de sortie: 9 juin 2008

Plus+
Le site officiel
L’espace Myspace
Les vidéos via Google

Le clip de soul on fire via Dailymotion


SPIRITUALIZED – Soul On Fire
envoyé par Cooperative-Music
Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *