Tussle – Cream cuts

Autant être clair : ceux qui considèrent la mélodie comme une qualité musicale requise et sine qua non risquent fort de ne pas trouver leur compte en compagnie de ce Cream Cuts. Le quatuor Tussle fait en effet partie de ces groupes pour qui les polyrythmies sont un moyen d’expression à part entière, et qui […]

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

tussle_cream_cuts.jpgAutant être clair : ceux qui considèrent la mélodie comme une qualité musicale requise et sine qua non risquent fort de ne pas trouver leur compte en compagnie de ce Cream Cuts. Le quatuor Tussle fait en effet partie de ces groupes pour qui les polyrythmies sont un moyen d’expression à part entière, et qui se donne les moyens de parvenir à ses fins en alignant dans ses rangs 2 batteurs-percussionnistes, un bassiste et un électronicien (bien que chaque membre soit impliqué dans le processus de bidouillage des circuits imprimés).

Ne tranchant jamais entre la rigidité entêtante d’un krautrock vaguement psychédélique et la souplesse du funk groovy, Tussle a décidé d’insuffler un vent de modernité à la descendance directe des cadors Cluster, Faust, Can et de formations adulées par la clique DFA, telles que A certain ratio ou Liquid Liquid.
Ainsi, si l’on fait fi des brefs bidouillages ambient que constituent Third party et Personal effetcs ; lignes de basse à l’ossature robuste et rythmiques propulsives chatouillant la voute plantaire sont toujours au centre du tableau. Mais comme chez bon nombre de poulains coachés par James Murphy (notamment les très fréquentables Syclops), ces strates rythmiques jouant sur les effets de répétition et de cumulation, sont systématiquement épaulées par des synthés, boucles de piano (Night of the hunter, taillé pour les dance-floors expérimentaux), et bon nombre d’effets et artéfacts digitaux.

Bien que faisant appel à une palette sonore restreinte, leur formule ne tourne jamais en rond ou à vide, et offre des variations notables : les tonalités angoissantes et dissonantes de Rainbow claw (évoquant les récentes attaques nocturnes de Zombie Zombie), les dénouements ardents de Transparent C et Titan (gagnés par un amoncellement de rythmiques tribales), ou de Night of the hunter, couronné par un final marqué de basses vrombissantes et marteau-piqueuses.

4.gif

Sébastien Radiguet

Tracklist
01. Saturnism (0:57)
02. Transparent C (7:05)
03. Night of the hunter (4:46)
04. Third party (3:29)
05. Abacba (5:16)
06. Rainbow claw (6:06)
07. Personal effects (2:11)
08. Titan (6:23)
09. Meh-Teh (6:56)

Label : Smalltown Supersound / Differ-ant
Durée : 43’12
Sortie : 25 août 2008

Plus+
Le site officiel de Tussle
L’espace MySpace de Tussle
Le site officiel de Smalltown Supersound
L’espace MySpace de Smalltown Supersound

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

L'Auteur:

Redacteur
Redacteur | Twitter | Mon site web | Facebook
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

✎ POSTER UN COMMENTAIRE

Votre e-mail n'est jamais ni publié ni partagé. Les champs obligatoire sont marqués par une *

*
*

TWITTER

B tweets

FACEBOOK

AILLEURS

RSS articles