Digitonal – Save your light for darker days

digitonal.jpgLorsque Ana Kata plante le décor, on évolue en terrain connu, au milieu de nappes opaques, chancelantes et nostalgiques ; celles tant prisées des Boards of Canada et de tout un pan d’activistes de la sphère électronica songeuse. Mais cette électronica en question, Andy Dobson se soucie de lui apporter une touche personnelle en s’offrant les services d’un orchestre symphonique (ou de chambre) partiellement factice (machines et invités, tel que le violoniste égyptien Samy Bishai, semblent contribuer à  parts égales à  la fondation de ces partitions de cordes et vents).

Si la démarche est a priori louable, les titres les plus remarquables sont finalement ceux où les cordes optent pour l’absentéisme ou pour la discrétion, se contentant dans ce dernier cas de souligner les lignes synthétiques. Ainsi peut-on se délecter de la tronica virginale, soyeuse et enneigée de Wide eyed wrapped in love qui nous renvoie à  celle des français Saycet ou Inlandsis ; des beats souples et raclant le sol sableux de A lighter touch qui amalgame avec adresse mélodies de cristal, jeux d’échos et de réverb. L’incorporation de guitare sied également très bien au lexique du londonien, et ce qu’elle soit acoustique et circulaire (donnant des allures de ritournelle à  un Gone marqué par des rythmiques et synthés à  l’ancienne) ou électrique et sous delay, venant offrir un joli point de convergence entre électronica et post-rock des grands espaces (After the first death, dans la lignée directe des productions n5md).

Dans le cas contraire, lorsque la dimension symphonique l’emporte, que la clarinette est un poil trop assidue (lésant par là  même la belle impression d’ensemble du très cinématographique 93 years on), que le violon se veut appuyé voire insistant (Emberkreiss, The beating of her heart), la musique de Digitonal revêt des allures vaguement surfaites. C’est certes un tantinet fâcheux, mais l’ensemble demeure un beau recueil du genre.

3_5.gif

Sébastien Radiguet

Tracklist
01. Ana Kata
02. Silver poetry
03. Wide eyed wrapped in love
04. 93 years on
05. Nothing left to say
06. Emberkreiss
07. A lighter touch
08. Gone
09. After the first death
10. The beating of her heart

Durée : 53’41
Sortie : 18 septembre 2008
Label : Just music / import

Plus+
Le site officiel de Digitonal
L’espace MySpace de Digitonal
Le site officiel du label Just music
L’espace MySpace du label Just music

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *