V/A – Pero ese olor en el cuarto del piano fue el primer perfume que necesito en su vida

pero_ese_olorcompilation.jpgAvec une guest-list aussi copieuse que son titre interminable, cette compilation concoctée par le label brésilien Si no puedo bailar No es mi revolucion consitute est une belle proposition de bande-son au roman pour enfants  » Un monde pour Julius  » de l’écrivain Bryce Echenique.
Placé sous le signe de l’insouciance, du rêve, de la nostalgie, et de tout ce qu’on associe à  l’enfance, ce recueil découpé en six chapitres regroupe tout un pan de la scène latino-américaine et espagnole officiant dans des registres allant de la folktronica bricolo à  l’ambiant étoilée, en passant par l’électronica poppy et styles assimilés.

Chargés de nous ouvrir les portes dans le monde paisible de ce petit Julius, les chiliens de Souvlaki nous amadouent avec une comptine enfantine pleine de notes piquées qui finissent par éclater pour mieux se volatiliser. De caractère volatil il est aussi question chez Caramelitus, où une voix cotonneuse surplombe un tapis de nappes crépitantes et gazeuses. A Posnormal de poursuivre dans une veine électronica lunaire et minimale, en opposant mélodies célestes et cristallines à  une rythmique étouffée ; une douce formule reprise à  quelque chose près par Lise.

Déjà  croisés par le passé, les porto-ricains de Balun réussissent le pari de croiser Piana, Mùm et l’esprit qui planait sur l’hommage rendu par l’écurie Morr à  Slowdive. Ingénu à  souhait, le titre de Polaroyd souffle des bulles synthétiques dont la fragilité n’a d’égal que la simplicité du jeu de mélodica. En toute modestie, Los nueva Orleans donne sa petite leçon de songwriting chilien au féminin, sur fond de programmations rythmiques sommaires. Dans un registre plus ludique et enlevé, Sintecoraz mêle un certain esprit game-boy à  des samples vocaux et des guitares exotiques. Sur près de 10 minutes un poil longuettes, Juan Stewart cherche des poux à  Ellis island sound sur des tonalités plus rock (toute proportion gardée). A force d’innocence, on frôle par deux fois l’infantilisme : ainsi imi nous donne à  entendre un avatar de démo marche-polka toute droit sortie d’un clavier Casio, et Jög tend à  se discréditer à  trop vouloir mélodramatiser ses cordes et à  polluer son espace sonore avec cette trompette de pacotille. Non étrangère à  ceux qui fréquentent à  juste raison le label Static discos, la douce Carrie nous charme avec son électro-pop attachante et sans fioriture. Plus hip-hop dans son balancement, 3antena se montre gourmand de césures, hachages et changements de rythmes, mais ce son de clavier pourra en éreinter quelques-uns. Echapée belle et solitaire des suscités Balun, Arturo en el barco propulse son piano pensif et ses cordes néo-classiques dans une belle nébuleuse peuplée de micro-samples radiophoniques. Retour à  un soupçon de chahut avec un hybride de tronica aux beats concassés et de post-rock orchestral proposé par les vénézueliens de Boom Boom Clan. Arborant un statut très à -part, Felipe Moreno agrippe l’auditeur en érigeant une mini-symphonie pour notes piquées, jouant sur l’empilement de boucles émanant de pizzicati de cordes, vibraphones, glockenspiels, marimbas et orgue.

Le plus homogène de tous, le dernier chapitre (qualifié de bonus) nous prépare au coucher avec une brochette de comptines rêvasseuses et bricolées à  coup d’instruments jouets (Pequena fiera et La rainbow toy orchestra), de laquelle se démarque l’espagnol .tape., qui tutoie là  le Curling pond woods de Greg Davis, dans cette façon intelligente et habile d’agencer ses entrelacs de glockenspiel, mélodica et guitares printanières. Beau dénouement à  un roman qui nous rappelle combien il est bon d’avoir été enfant et de temporairement le redevenir, ne serait-ce que dans son imaginaire.

3_5.gif

Sébastien Radiguet

Tracklist
01. Souvlaki : Sonatine
02. Caramelitus : Un caballo saltando
03. Posnormal : Dificil
04. Balun : Snol
05. Polaroyd : Silhouette sombrio
06. Los nueva Orleans : Los primos
07. Sintecoraz : Y Johnny ?
08. Juan Stewart : Si hay bulla no hay futbolin
09. imi : Pequeno forastero (pueblos)
10. Carrie : 1981
11. 3antena : Extrano esas praderas
12. Arturo en el barco : Candy Tucker
13. Boom Boom Clan : Monika
14. Felipe Moreno : Juguete de navidad
15. Jög : El primer dia
16. Lise : Sinara Aîssatou
17. Pequena fiera ! : Do, re, mi, fa, sol, I kiss you
18. La rainbow toy orchestra : Cascabelle
19. Dot tape dot : Desastre

Durée : 73.’10
Sortie : mars 2008
Label : Si No Puedo Bailar, No Es Mi Revolucion / Darla

Plus+
l’espace MySpace du collectif Si no puedo bailar, no es mi revolucion
Le site officiel de Darla Records

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *