Moscow, Belgium

aff film_6.jpgC’est un conte belge naîf et charmant, avec des situations cocasses, des dialogues pétillants, des acteurs qui rayonnent, des camionneurs et une histoire d’incertitude amoureuse un peu trop compliquée. D’un côté, l’ex-mari réclame son retour au foyer ; » Je ne peux pas vivre sans toi, je m’en suis rendu compte » , avoue-t-il un peu honteux à  sa femme, les yeux en forme de coeurs discrets. De l’autre côté, il y a l’alcoolique inconnu, rencontré au détour d’un accident ; » Tu es mon horizon » lui clame-t-il la tête baissée, comme gêné d’avouer ses faiblesses du coeur, lui, le viril gaillard à  qui personne ne saurait résister. Ainsi Matty, au centre du problème, devra-t-elle choisir.

Moscow, Belgium, aussi anecdotique soit-il, a une manière de raconter une histoire prémâchée qui, d’emblée, le sort de toutes catégories préexistantes. A la fois comédie existentielle, drame familial et romance humaniste, le film impose un ton mêlé de tout et de rien, muni d’une légèreté et d’un charme qui fera assurément fondre les coeurs les plus hostiles. Moscow, Belgium est une oeuvre belge bourrée d’humilité, de poésie simple et directe, à  travers des mots et des regards échangés. Il n’y a rien d’extraordinaire, et pourtant tout est magique. Le film, sans jamais chercher la complication, s’étend tel qu’il est, c’est-à -dire un film d’attitude, belge dans l’âme, drôle, burlesque et pourtant hanté par ce soupçon de tragédie.

Il ne s’agit pas d’un film marquant dont on se souviendra des années plus tard, mais simplement d’un plaisir du moment, filmé sans prétention avec une mise en scène délicate et rosée, préférant la jolie romance d’un loser qui a recommencé sa vie aux désirs pluvieux d’une femme esseulée malgré la présence presque insondable de ses trois enfants. Il y a de très belles scènes (le dîner et la révélation qui s’en suit, les aveux sentimentaux), quelques longueurs, du gris, du rose, du jaune, bref, une comédie de l’ordinaire, paisible et humaine, qui sort des sentiers battus avec une belle volonté, et qui séduira sans manières le premier venu.

Jean-Baptiste Doulcet

3.gif

Moscow, Belgium
Film belge de Christophe Van Rompaey
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h42
Sortie : 19 Novembre 2008
Avec Barbara Sarafian, Jurgen Delnaet, Johan Heldenbergh

La bande-annonce :

Plus d’infos sur ce film

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *