Je veux voir

affiche_1.jpgC’est l’une des plus belles déclarations d’amour au cinéma. C’est Catherine Deneuve face au Liban, la fin d’une guerre, un voyage en voiture, des plaies qui s’ouvrent et qui se referment, des plages de ruines au bord d’une mer orange et bleue, des lumières qui dansent la nuit. Ce sont les ruines du monde qu’ont observé Hadjithomas et Joreige, que l’on sacre réalisateurs de l’année pour cette escapade en forme de blues, mi-triste mi-joyeuse, mi- fiction mi-documentaire.

Catherine Deneuve est Catherine Deneuve ; arrivée au Liban, la fin nous est dévoilée par les mots, il s’agira de participer à  une soirée de gala. Et durant la journée, les cinéastes, en temps réel, la filme elle et Rabih Mroué, star du pays, déambulant dans Beyrouth à  la recherche de l’image vraie et des souvenirs. Car de la guerre du Liban qui a éclaté en 2006, nous ne connaissons que des reportages télé, des images choquantes, vraies mais qui n’aident pas à  comprendre. L’idée de ce film court (1h15) est de photographier,  tant le principe technique du mouvement est minimaliste, des fragments d’idées, de vécu, de mémoire, de décors, pour construire un tout, une cohérence. Que peut-on faire avec une caméra, s’interrogent les cinéastes? Rien si l’on cherche, tout si l’on ne cherche pas et que l’on se laisse bercer dans les dédales sans fin d’un pays, ses habitants filmés discrètement, scrutant du regard la caméra comme pour fixer la star Deneuve, icône cinématographique s’il en est, devenue le temps d’un film, c’est-à -dire l’infini, le public qui voit les choses telles qu’elles sont.

Il y a des paysages, des herbes au vent, du soleil, parfois. Il y a un terrain miné, splendide lieu de tension où la possibilité du vrai côtoie l’assurance du faux. Il y a deux stars qui se rejoignent, abandonnent toute forme d’égocentrisme, toute attitude people pour se lancer corps et âme dans ce qui sera leur plus beau rôle ; eux-mêmes. Ce n’est même pas vraiment par le dialogue concret, l’interrogatoire auquel se soumet Rabih Mroué par Deneuve, que le film enseigne et éclaire. Il nous apprend grâce à  de petits morceaux connectés entre eux, improvisés parfois, au gré d’un voyage sans frontière. La troupe militaire n’a plus de puissance face au cinéma, sans accord pourtant. Je veux voir est un film de possibilités infinies en ce qu’il traverse l’art et le renverse pour y déceler chacune de ses magies. Certains diront que ce n’est pas du cinéma. Ils auront tort, car au-delà  de l’expérience audio-visuelle que représente cette oeuvre magnifique et absolument poignante, habile et poétique, il prend le pas sur toutes les mises en scènes préconçues et irréelles, pour filmer en face la mémoire d’un peuple, d’un pays, d’une femme qui se souvient, d’une star qui enfin n’en est plus une.

Ce sont des images de paix que saisissent dans l’instant le couple de cinéastes, et justement, bien plus qu’une expérimentation cinématographique ou un diaporama de paysages en ruines, Je veux voir transperce le cinéma de la vitalité de son regard et de l’originalité de son procédé, d’un naturel qui confine à  l’absolu. Le Liban devient le théâtre d’une comédie amère, pleine d’espoir et de renoncements, de craintes et de douleurs feintes. Il y a des envolées poétiques qui touchent à  l’essence même de ce qu’est filmer , comme ce champ dont les épis dorés se contorsionnent en rythme dans le vent, avant que l’objectif ne transforme l’image en un fouillis de jaune et de rouge qui métamorphose la sensation en une prolongation de la beauté naturelle à  l’état d’effet technique.
Le film avance, tout en questionnements et en humanité, universel, foudroyant, renversant, et pourtant, aussi abstrait pourra-t-on trouver l’idée, l’oeuvre reste étonnamment accessible, filmée comme l’on filme un voyage à  la fenêtre d’un train. C’est filmer la vie qui défile qui parvient à  nous toucher si profondément, car Je veux voir n’est pas vraiment plus que cette simplicité religieuse, cette conséquence émotionnelle qui arrive seule, sans les faits – inexistants – . Le film touche l’art et sa nature, plus largement la Nature en général ; impossible d’en ressortir comme dans l’état – peut-être méfiant – où l’on est entré dans la salle. L’impression est telle, si forte et inoubliable, d’avoir visiter un pays, un peuple, le monde entier, d’avoir vu briller mille divinités réelles, d’avoir vu le cinéma en son sein, que l’on quitte la salle habités par cette musique de rock libanais, rythmique, sur l’image des lumières de la ville qui défilent la nuit, pour nous dire que la journée, comme le film, va se finir.

Mais juste avant la fin, la grâce d’un regard qui dit tout entre Deneuve et Mroué, comme déchirée par la bonté d’un homme qui lui a ouvert son coeur et sa mémoire, rappelle la précieuse de Belle de jour, réincarne dans un élan radieux la battante vue chez Lars Von Trier, rappelle sa magnifique silhouette chez Téchiné et Corneau, sa grâce simple dans l’univers de Demy et Truffaut. Le quotidien et la douleur transcendés, enveloppant d’un geste et d’une idée géniale (la plus simple qui soit au cinéma : filmer ce qu’il y a là , devant) tous les réalisateurs que Catherine Deneuve a rencontrés, prenant le pouls du Liban, le pouls de la vie et des hommes, du monde et de ses secrets honteux, Hadjithomas et Joreige réalisent un film d’amour, peut-être le plus simple et le plus évident qui ait jamais existé. Et atteignent, par ce chemin, le droit amplement justifié par leur talent de se vanter d’être parmi les plus grands réalisateurs du monde. Car capter les choses, c’est déjà  être génial.

Jean-Baptiste Doulcet

5.gif

Je veux voir
Film français de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige
Genre : Drame
Durée : 1h15
Sortie : 3 Décembre 2008
Avec Catherine Deneuve, Rabih Mroué

La bande-annonce :

Plus d’infos sur ce film

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *