Il Divo

affiche_1.jpgAu contraire de la majorité, je vais m’avouer plus enthousiaste sur le précédent film de Paolo Sorrentino, l’excellent L’ami de la famille, que sur ce faux biopic rock’n’roll du ministre italien Giulio Andreotti qui, s’il fait preuve d’une indiscutable performance visuelle et technique, ne décolle pas plus que ses sautes d’humour réjouissantes.

Sorrentino sait évidemment filmer, avec une classe, un style fou dont il est l’un des rares défenseurs aujourd’hui. Son cinéma est stylisé à  l’extrême, balançant facilement vers le clip foutraque, pourtant la rigueur formelle empêche le film d’agir ainsi sur son sujet. L’utilisation des musiques, du classique au rock, donne l’impression que chaque séquence a été réalisée sur une base musicale, mais attention, si le film peut paraître musical, il n’est aucunement ce que l’on appelle d’habitude une comédie musicale , même si les gestes scéniques des personnages semblent pensés en liaison avec la musique.
Le film s’épargne ce décalage vulgaire et utilise la musique à  des fins purement efficaces, sans jamais devoir souligner sommairement l’action, bien au contraire. Sorrentino est un grand faiseur d’images, il cultive le décalage (de l’image, de la musique donc), il cultive l’humour bouffon et moqueur, la pensée critique et destructive. Pour tout dire, on a mal pour les politicards qui sont décrits dans son film tant leurs airs de porcs sautent aux yeux. Pourtant, une chose ne convainc pas dans Il Divo, c’est sa construction chaotique et imprévisible, pour ne pas dire incompréhensible. Ainsi les termes du milieu utilisés paraissent-ils anecdotiques pour qui ne les connaît pas, alors qu’ils sont essentiels pour comprendre le déroulement du film. L’absence de glossaire (fausse accusation me direz-vous puisque le cinéaste prend bien soin, avant le film, de nous expliquer quelques termes complexes), ou du moins le manque de lexique dans leur ancrage historique, laisse le spectateur à  terre, d’autant que l’inutile complexité du récit nous perd dans les vertiges politiques d’un homme insaisissable, aussi bien ridicule dans sa démarche et ses habitudes que séduisant dans son flegme et sa présence photogénique.

Sorrentino évalue sa raideur et ses moues faussement exaspérées, comme si le temps et l’expérience lui avaient annoncé chaque chose en avance. Il instrumentalise cet air blasé et sa petite taille, son faciès de Droopy sorti de nulle part dans un cadre qui, justement, joue du mouvement total en opposition, laissant la sensation que le personnage principal est le seul à  être immobile et incarné par l’acteur, divin et méconnaissable Toni Servillo.
A force de symboliser le récit attendu et de lui ôter toute identification, Sorrentino nous perd donc dans un monde dont on n’a plus aucune clé pour y accéder. Sa mise en scène ultra-tonique et virtuose a beau être un régal pendant les trente premières minutes, fourmillant d’idées géniales et d’un rythme parfait, tout s’écroule dans de longs dialogues politiques où le cinéaste semble s’efforcer de se moquer de son personnage, cinématographiquement génial.
Son sens de l’humour est souvent présent dans des dialogues très écrits et des détails hilarants, jouant à  fond la carte du grotesque, mais jamais ne parvient-il, et même si Il Divo n’est pas à  proprement parler une comédie, à  retrouver la grâce (grasse?) splendide de L’ami de la famille, lui aussi attaché à  un personnage affreux, sale et méchant. A force de chercher l’humour dans l’image et dans son exacerbation purement technique, Il Divo devient carrément attachant face à  ce monde politique dégueulasse, tant chaque personnage semble volontairement reproduit et tout droit sorti d’une pièce de théâtre baroque (bas rock ?) où règnent bureaux, papiers et parlements.

Le destin d’Andreotti, parfois teinté d’existentialisme et de leçons de pouvoir assez fines, est ici présenté comme un échiquier chaleureux, attachant, un échiquier de luxe quand il offre au spectateur la joie d’éprouver les images, mais aussi une aire de jeu qui oublie presque d’être politique. Comme le rappelle la mère d’Andreotti : » Si vous ne pouvez pas dire de mal de quelqu’un, ne dites rien » . Voilà  une leçon que Sorrentino aurait du clarifier, car d’un côté il dit du mal de son personnage à  travers sa représentation pouilleuse et clownesque, et de l’autre il empêche la réalité historique de venir s’incruster dans le récit de manière fluide et compréhensible, déniant à  son film toute possibilité de réfléchir sur cette situation diabolique que constitue Andreotti à  la tête d’un pouvoir second, et d’où résulte alors un ton neutre ou, pour être plus précis, jamais très bien défini. On aurait aimé portrait plus cinglant et plus retors, plus sombre aussi. Car le tragique est évacué en premier lieu, alors que c’est bien d’une tragédie dont le film parle, au fond de lui-même.

Jean-Baptiste Doulcet

2_5.gif

Il Divo
Film italien de Paolo Sorrentino
Genre : Biopic, drame
Durée : 1h58
Sortie : 31 Décembre 2008
Avec Toni Servillo, Anna Bonaiuto, Giulio Bosetti

La bande-annonce :

Plus d’infos sur ce film

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *