Plus tard tu comprendras

affiche_11.jpgAmos Gitaî, passionné par la problématique entourant la religion juive et la persécution du peuple juif durant la Seconde Guerre Mondiale, ou du moins les réactions et attitudes qui en ont découlé jusqu’à  nos jours, réalise ici un drame sur la mémoire, tourné pour la télévision. Il n’y a pas de véritable innovation, dans le fond comme dans la forme, mais toujours, chez Gitaî, une force dominante qui vient de l’intérieur, du vécu des sujets et de l’attachement aux racines qu’il défend fortement.

Sa mise en scène, faite de plans-séquences qui semblent sans fin, optant pour la symétrie du montage (évanescence de l’atmosphère au début, allègement de la fin) dont le coeur est le point culminant en plein milieu du récit (une reconstitution lourde et lacrymale du passé de la famille de Victor), parvient, à  force d’étirements et de justesse dans les durées, à  créer une intimité partagée, douce et sincèrement prolongée dans le Temps.
Plus tard, tu comprendras peine pourtant à  décoller tant l’essentiel devoir de mémoire et l’Histoire côtoient l’anecdotique des situations, laissant la douleur du souvenir et le besoin d’une reconstitution personnelle au stade d’un acte rare et dont l’universalité (qui, dans n’importe quelle situation, n’a pas vécu cela?) est laissée de côté.

Reste qu’il est toujours agréable, dans cette oeuvre mineure, de retrouver ce mystère planant dans le langage d’Amos Gitaî, sûrement plus à  l’aise dans son précédent film, Désengagement , mais toujours aussi émouvant dans sa quête des vérités et son acharnement pointu à  revivre après les drames. Sa direction d’acteurs, elle aussi, est l’un des sommets de son film, comme souvent : Jeanne Moreau y est splendide en mère fatiguée gardant en elle les secrets d’une vie, Hippolyte Girardot impressionnant d’accaparation, et Emmanuelle Devos égale à  elle-même, c’est-à -dire fragile, déchirée de lambeaux d’une infinie douceur, qui se tiennent.

Jean-Baptiste Doulcet

3.gif

Plus tard tu comprendras
Film allemand, israélien, français de Amos Gitaî
Genre : Drame
Durée : 1h28
Sortie : 21 Janvier 2009
Avec Hippolyte Girardot, Jeanne Moreau, Emmanuelle Devos, Dominique Blanc

La bande-annonce :

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *