Myra Davies – Cities and girls

myra_davies.jpgA travers ce premier album, l’artiste canadienne Myra Davies, adepte de spoken word, nous livre une série de cartes postales musicales aux textes d’une qualité rare, écrits d’une plume juste et raffinée, où il est avant tout question d’instants saisis dans le flot imperturbable de la ville (une curieuse rencontre à  New York, une vision impressionniste de Berlin, le parfum de café à  Hanoî, le » ballet » de femmes voilées et toute de noir vêtues dans un centre commercial de Qatar…) et de regards sur la situation des femmes dans notre bas-monde (plus qu’une allusion, My friend Sherry pose un oeil critique sur les campagnes anti-avortement).

Et pour l’occasion, Myra s’est entourée pour l’essentiel de Gudrun Gut (auteur du très bon I put a record on), adepte d’une électro essentiellement rythmique et vieille école, qui nous renvoie indubitablement à  l’underground berlinois (Burrough’s bunker, Drill, ou Worm qui voit se succéder en toile de fond moultes airs de cordes et accordéons). Au passage de l’efficace My friend Sherry, on lorgne vers un dub aux consonances vaguement ethniques, gratifié d’un refrain exquis où voix estropiées offrent un joli contre-chant mélodique au phrasé invariablement psalmodiant de Myra. Presque inévitablement (pour rappel, on est en territoire musical germanique), on glisse vers une techno léthargique, aquatique et lysergique (Rain), élégante dans son habit minimal et obscur (Qatar). Par deux fois, Gudrun Gut cède la main : d’abord sur Stuff, où la société de consommation est pointée du doigt, sur fond de valse patraque dessinée à  l’accordéon et au piano, et puis sur Hanoî, où il est davantage question de capter pour mieux réinstaller l’ambiance de la ville, de ses cafés, en s’aidant de bribes de Dan Bau, instrument traditionnel et atypique vietnamien.

Plus fanées que les autres, les deux dernières cartes postales dégagent un air de nostalgie, avec mélodie sépia au recto et poème d’Emily Pauline Johnson au verso (Calgary), évoquant les notions de mémoire familiale sur fond d’airs traditionnels fantomatiques et désaccordés, comme émanant d’un antique gramophone (Goodbye Belfast).

3_5.gif

Sébastien Radiguet

Tracklist
01. Burroughs’ bunker
02. My friend Sherry
03. Rain
04. Stuff
05. Hanoi
06. Qatar
07. Drill
08. Worm
09. Calgary
10. Goodbye Belfast

Durée : 47’35
Sortie : septembre 2008
Label : Moabit musik / La Baleine

Plus+
Le site officiel du label Moabit musik
L’espace MySpace de Myra Davies

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *