Ignatus – Je remercie le hasard qui

ignatus.jpg Depuis qu’il a cassé ses objets (Duo au sein duquel il officiait aux côtés d’Olivier Libaux dans les années 80), Jérôme Rousseau est devenu un Ignatus, sorte d’animal chantant qui porte un regard caustique et amusé sur le monde, et surtout le sien, à  travers des chansons qui rappellent d’autres amoureux de la langue vache que sont Gainsbourg ou Boris Vian… auxquels on pense souvent ici.

Après »l’air est différent » »Le Physique » et »Coeur de boeuf dans un corps de nouille » Ignatus sort donc son quatrième album »Je remercie le hasard qui » l’occasion pour nous de voir que le garçon est plus que jamais fidèle à  son style, à  ses thèmes, distillant toujours parcimonieusement son humour pince-sans-rire, sa mélancolie ou sa bonne humeur dans des chansons lumineuses et riches d’instruments (guitares, clarinettes, saxophones, flûte, orgue à  bouche, mélodica, piano »).
Acompagné de Benoit Rault, (Ben’s Symphonic Orchestra), de Ludo Pin et d’autres amis, Ignatus nous invite dans un monde contrasté, entre joies et renoncements, évoquant aussi bien l’amour, son voisinage que le bonheur simple de pisser dans l’herbe.

Désormais seul maître à  bord, ne dépendant plus d’aucune maison de disque, Ignatus continue son parcours, invariablement, enrichissant encore un peu plus son patrimoine musical personnel avec des chansons débordantes de générosité, pleines de mots et d’arrangements plus beaux que jamais.
Des caractéristiques qui font la particularité de cet artiste unique, loin de tout éclairage médiatique et que l’on retrouve à  chaque nouvel album avec un plaisir intact.

4.gif
Benoît Richard

Label : Ignatub
Sortie : 1er avril 2009

Retrouvez cette chronique sur Hop Blog.

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *