Empire Of The Sun – Walking On A Dream

87623.jpgEmpire of The Sun (du nom d’un roman de l’écrivain J.G. Ballard), ça commence d’abord avec cette pochette incroyable et totalement kitch qui évoque un improbable film de science-fiction des années 80 (mélange de »Dune » et »Star wars ? ») et ça continue avec 10 titres synth pop signés du duo Luke Steel (ancien The Sleepy Jackson) et Nick Littlemore (connu également sous le nom de Pnau). Ensemble, ces deux australiens signent un album aussi surprenant que ban(c)al, alternant morceaux de bravoure et chansons pop ringardes 80.’s façon Sébastien Tellier (en moins talentueux). Un album où il sera tout de même possible de ressortir quelques petites pépites.

Plus proche des Bee Gees de Spandau Ballet ou d’Alan Parson (« Half Mast ») que de MGMT, Empire Of The Sun, à  l’instar de LadyHawke l’an passé, fait montre d’un certain talent pour exalter quelques plans synth pop eighties dans une production certes bien actuelle et suffisamment souple pour contenter pas mal de monde. On l’aura compris, on mise beaucoup sur Empire Of The Sun pour rafler la mise en 2009 avec notamment une poignée de tubes en puissance capables de réveiller n’importe quel dance-floor fatigué ou, à  l’opposé, de bercer le clubber lambda au moment d’aller se coucher.

Bref, Empire of The Sun ratisse large et veut faire plaisir à  tout le monde et en irritera sans doute forcément plus d’un. Mais, à  la manière de bon nombre de productions electro-pop actuelles, l’album séduira d’abord pour son côté immédiat, coloré et ensoleillé (on pourrait presque parler de »feel good music »)… malgré quelques lourdeurs dont l’affreux »The World » ou la fausse parodie de Michael jackson : »Swordfish hotkiss night ».
On prendra donc cet album pour ce qu’il est : un objet de plaisir simple et instantané… et sans doute très éphémère aussi. Alors en attendant la date de péremption, on profitera quand même un peu des rayons sonores diffusée par Empire of The Sun en attendant l’été.

3_5.gif

Benoît Richard

Tracklist:
1. Standing on the Shore
2. Walking on a Dream
3. Half Mast
4. We Are the People
5. Delta Bay
6. Country
7. The World
8. Swordfish Hotkiss Nite
9. Tiger By My Side
10. Without You

Label : Virgin/EMI
Sortie : 16 mars 2009


Envie de partager :

6 thoughts on “Empire Of The Sun – Walking On A Dream

  1. Je connais pas le groupe vu que j’ai entendu 2 titres. Donc difficile de se faire une idée. Cependant, je trouve l’affaire trop grosse. Effectivement, c’est pas totalement MGMT. Mais je trouve que c’est une réponse d’une major à une autre et au phénomène MGMT… Trop gros pour être innocent…

  2. Ben moi je l’ai écouté en caisse dans mes champs de Seine et Marne… certes on ne peut pas nier un côté Psyché façon Beach Boys vs MGMT, mais ca reste estival comme musique. Pas énormissime, mais sympa quand même. Réécoute en mode « ouais je suis une fille réjouie » tu verras

  3. D’accord, j’ai 13 ans, mais j’écoute ce CD en boucle dans ma chambre depuis que je l’ai téléchargé.J’aime bien leur style, moi : totalement dérangé. Ce n’est évidemment pas la révélation du siècle, mais ça change quand même de ces groupes pseudo-rock qui font plus de la bouillasse de sons indéterminés destinés a amuser les minettes qu’autre chose. Et puis du temps qu’ils se font plaisir, personne n’est obligé d’écouter, non ?

  4. Je ne suis totalement pas d’accord avec ce qui écrit plus haut.(Sauf avec la pochette d’album, qui est kitch oui)
    Je suis peut-être jeune, et n’as peut-être pas beaucoup de référence. Notamment dans des titres des 80s, car vous en parlez beaucoup, vous faites pas mal de comparaisons. Je ne pense comme vous, car vous êtes ancré dans des styles. Oui bien sur des genres de musiques existent, mais ce sont des globalisations, des voies pour guider les futurs ecouteurs vers des musiques qu’ils apprécient déjà. Mais Empire of the Sun, est un groupe avec u nstyule bien précis, leur unviers est plus que louffoque, et différent. Ephemère, sans doute. Dans leur musique on trouve une harmonie, parfois trop innatendus pour être appréciée (je pense à The World). mais dans tout ce qu’ils sont, tous est liés, un harmonie, entre les couleurs, les dessins, les mélodies, la voix, les clips.
    Ils sont exeptionnels. Et avant, je n’écoutais pas du tout ce genre de musique, l’électro-pop dis-t-on. j’ai envie de dire de l’électroacoustique moi. Mais bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *