Vengeance

affiche_11.jpgSans doute le hongkongais Johnnie To va-t-il bénéficier pour la première fois d’une combinaison de salles aussi large (pas loin de 300) pour la sortie de Vengeance, son dernier long-métrage. Si sa sélection en compétition officielle à  Cannes lui octroie cette distribution avantageuse, c’est avant tout la présence au générique de notre star du rock nationale, Johnny Hallyday, qui suscite l’engouement du distributeur ARP Sélection, qui, au passage, nous a permis aussi de découvrir récemment Tokyo Sonata et Tulpan.

Placé sous ce double augure, Vengeance va peut-être aussi permettre au réalisateur de Breaking news de dépasser le cercle restreint des spectateurs qui suivent depuis quelques années sa carrière prolifique, jonchées de petites merveilles esthétiques, véritables bijoux de mise en scène, polars contemplatifs à  la violence tellement chorégraphiée qu’elle en devient irréelle, épousant et recyclant les codes du western et du cinéma urbain.
Vengeance ne déroge pas aux principes habituels, : alternance de scènes d’actions montées comme des ballets réglés au millimètre et moments plus calmes où se déploie la narration, se développent les rapports entre les personnages et se préparent les rixes à  venir.

Francis Costello est un restaurateur parisien qui débarque à  Hong Kong pour y venger sa fille, dont la famille vient d’être la victime de tueurs à  gages particulièrement violents. Johnnie To réussit parfaitement sa mise en place, : l’arrivée de Costello, la promesse faite à  sa fille et surtout le recrutement des trois hommes censés l’accompagner et l’aider dans sa mission. Car, en plus d’être en toute logique sans repères au sein d’une civilisation qu’il ne connaît pas, Costello perd progressivement la mémoire. Ce qui l’oblige à  tout noter, prendre des polaroîds de ses coéquipiers et à  finir par s’interroger sur le sens et le bien-fondé de sa démarche. Que ce soit autour d’une table, lors de l’approvisionnement en matériel ou d’une séance d’extraction de balles suite à  une intervention, le quatuor fonctionne parfaitement et le public français oubliera très vite le statut d’icône de Hallyday, piètre chanteur mais comédien ö combien convaincant – Johnnie To ayant su à  merveille tirer parti de ses particularités, soit une gueule et en particulier des yeux bleu métallique et magnétiques et un verbe rare.

Dommage néanmoins que Vengeance ne tienne pas toutes ses promesses et ait tendance à  s’affaisser vers la fin. , Une impression qui tire ses origines dans le peu d’épaisseur de l’intrigue au sujet de laquelle on aurait aimé plus de complexité, mais aussi dans la répétition des scènes de fusillade qui prennent au fur et à  mesure le pas sur le reste de l’histoire. La perte des trois associés de Costello – dans une scène parfaite où les gangsters semblent danser avec des balles de papier – retire hélas tout suspens à  Vengeance, l’issue ne réservant plus de surprises, si ce n’est le stratagème mis au point pour aider Costello à  identifier sa proie.

Il n’en demeure pas moins que le film est superbement construit, interprété par les acteurs fidèles à  Johnnie To que ses aficionados reconnaîtront sans peine. Malgré la violence et l’apparente cruauté inhumaine, ces bandits élégants mettent un point d’honneur à  ne pas abattre leurs ennemis au cours d’un pique-nique en famille et à  préserver la mémoire d’un cousin sauvagement assassiné. Si celle de Costello s’évapore, rendant presque absurde son acte, son sourire revient, attablé sur une plage avec des enfants rieurs et innocents. Comme un ultime regard tourné vers la jeunesse et l’avenir, car Vengeance distille insidieusement une atmosphère de tristesse et de solitude, où prédomine l’idée de perte et de mort.

Patrick Braganti

4.gif

Vengeance
Film hongkongais de Johnnie To
Genre : Action, thriller
Durée : 1h48
Sortie : 20 Mai 2009
Avec Johnny Hallyday, Sylvie Testud, Simon Yam,…

La bande-annonce :

Plus d’infos sur ce film

Envie de partager :

2 thoughts on “Vengeance

  1. Pas complètement d’accord. Si Vengeance est un Johnnie To mineur, c’est en grande partie à cause de la faible performance de notre Johnny national, qui n’existe que par ses 3 comparses – To-istes magnifiques, comme d’hab ! – et se bovinise dès qu’il est esseulé. « Piètre chanteur et ô grand comédien ? » Je pense qu’il y a une inversion malencontreuse…Halliday dans un film d’accord, mais seulement pour la musique du générique de fin.

  2. Dommage en effet pour le film (mon premier Johnny To), pas si mal, que l’acteur soit si mal inspiré. Du gâchis. Ne jamais oublier que même chanteur, Hallyday n’est pas un bon interprète. Parfois (sauf quand les textes sont simplets) il semble qu’il ne comprend pas vraiment ce qu’il chante.
    Mais cela ne remet pas en cause sa fortune. Et je sais que les artistes les meilleurs sont les plus riches. Il faut bien qu’il y ait une logique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *