Dark captain light captain – Miracle kicker

darkcaptainlightcaptain.jpgDécouvert sur le tard – c’est-à -dire en 2009 – , le premier album de Dark Captain Light Captain aurait pu être l’album de 2008. La musique étant ce qu’elle est – pérenne dans le cas des grands disques, il n’est jamais trop tard pour succomber à  la folk enchanteresse et mélancolique de ce groupe anglais.

Emmené par Dan Carney, ce projet musical s’est petit à  petit étoffé pour devenir aujourd’hui un sextet. Un peu à  l’image de leur musique qui, sur une trame répétitive, n’en finit de rajouter des petits éléments. DCLC appartient à  la culture laptop et chaque titre ou presque garde toujours dans le fond une musicalité persistante, comme une frise musicale qui court sur tout le morceau, qui se renforce par l’ajout par touches impressionnistes de nouveaux sons, de nouveaux instruments.

Dès le début et au final, le morceau devient hypnotique. Le groupe use d’ailleurs de la guitare ebow signe qu’il aime un son continu et modulable. DCLC comprend Chin Keeler (ex batteur de Quickspace), Laura Copsey (instrument à  vent), Gilles Littleford (guitariste fou de picking), Michael Granny (basse et chant) et Neil Kleiner (effets et chant) ; un passage en revue des troupes qui en dit plus sur le groupe.

3 chanteurs, chacun tout en retenue, qui se mettent ensemble pour créer une osmose de mélancolie et de douceur. De la clarinette, du hautbois, preuve que cette musique a du corps, pour ne pas dire une âme. Car, le danger, en lisant ces quelques lignes, serait de croire à  un album tapageur, fort en tête. Or, c’est tout le contraire, miracle kicker est tout en nuances, en clair-obscurs, avec un son pas plus haut que l’autre, l’ensemble étant en soi brillant et chatoyant. Gageons que Nick Drake en 2008 aurait pu faire un album comme celui-ci, utilisant les moyens d’aujourd’hui mais veillant à  garder contre lui sa chère guitare acoustique (assortie de quelques touches de piano) et à  toujours écrire de profondes mélodies. Ce qui est le cas ici.

Beta Band – autre référence possible – avait sorti avec Squares un titre qui provoquait inévitablement des possibilités de lévitation. Le morceau avait d’ailleurs servi de musique pour la pub des produits laitiers où des baigneurs semblaient marcher sur les vagues et des adolescents dériver dans l’espace. Eh bien, ce sentiment d’apesanteur, miracle kicker vous le procure sur un album entier. Cela tient du vrai miracle. Ne passez pas à  côté du bonheur !

Denis Zorgniotti

5.gif

Tracklist
01. Jealous Enemies
02. Parallel Bars
03. Circles
04. Remote View
05. Questions
06. Robot Command Centre
07. Speak
08. Spontaneous Combustion
09. Everyone We Know
10. Miracle Kicker

Date de sortie: 28 octobre 2008
Label: Loaf / La Baleine

Plus+
L’espace Myspace

La video de Jealous enemies via Youtube

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *