L’Herbe du rat

affiche_5.jpgTout commence par un malaise au milieu d’un cimetière. Tout commence mal car la séquence, filmée de loin, prend une tournure théâtrale pesante et surjouée (ceci sans dialogue!). Ensuite, il se passe beaucoup de choses dans L’Herbe du rat : des textes mystiques en pagaille qu’il faut retranscrire du manuscrit, un jeu de séduction surréaliste qui vire à  la photographie érotique (la femme dans toutes ses positions), une paranoîa grandissante à  l’arrivée du rat, l’adultère animal, ce même rat qui se faufile dans les draps de madame pour lui procurer du plaisir, du somnambulisme aussi, puis enfin, gros délire paranormal, une fin humoristique qui continue le récit sur fond de squelettes.

N’en révélons pas plus ; disons du film qu’il a le mérite d’être inattendu et unique en son genre (qui est unique en lui-même!). Mais disons aussi, en toute objectivité, que L’Herbe du rat ou herbe du dealer, Julio Bressane en a de toute façon fumé trop. Son délire hystérique sans queue ni tête est sidérant de n’importe quoi ; sous prétexte de faire de l’art contemporain (éternel débat qu’il est convenu d’éviter), le film se construit sur un assemblage psychédélique sur le désir, l’art, la création, l’Histoire, la mort, en un huis-clos particulièrement poisseux et pornographique.

Il n’y a bien que la photographie ahurissante de maîtrise de Walter Carvalho qui offre au film une certaine forme de beauté, dans des tons ocre évoquant les plus beaux tableaux hispaniques des siècles derniers. Malheureusement, celle-ci est au service d’un symbolisme particulièrement enfantin (le rat s’introduisant dans une citrouille entamée, censée représentée le vagin de la femme), jusqu’à  ce que plus rien ne soit compréhensible ; au bout de 40 minutes, tout s’enchaîne dans un défilé grotesque et vulgaire de tout et de rien, de métaphores bricolées, d’un motif d’une Symphonie de Mozart repris en harmoniques de contrebasse en guise de musique de fond abstraite, et les personnages sont de moins en moins maîtres d’eux-mêmes.

Mais si certains cinéastes ont magnifiquement filmé l’abandon de l’esprit ou la paranoîa, ici Julio Bressane ne dresse qu’un portrait facile de la folie ; son argument est de mélanger n’importe quoi puisque la folie répond à  tout sauf à  la raison. Toutefois il faudrait bien différencier un film qui perd la raison et un cinéaste qui n’en a plus aucune. Il faut aussi dissocier la folie, au sens clinique du terme, et le n’importe quoi, qui n’a absolument rien de clinique mais qui sert ici au cinéaste à  pallier son incapacité totale à  faire d’une histoire simple une proposition belle et de riche à  la fois. Cette incapacité est au centre de cet affreux pensum humain et artistique, même pas ennuyeux, voire par moments intriguant, mais qui se perd, s’abîme dans des vallées d’incompréhension profonde. En conclusion, il n’y a rien à  retirer de ce merdier absurde et cauchemardesque, catastrophiquement mal joué et dirigé, et dont le scénario confine au ridicule à  force de ne pas avoir de direction.

Jean-Baptiste Doulcet

1.gif

L’Herbe du rat
Film brésilien de Julio Bressane
Genre : Drame
Durée : 1h20
Sortie : 10 Juin 2009
Avec Alessandra Negrini, Selton Mello…

La bande-annonce :

Plus d’infos sur ce film

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *