Nosfell : 5 disques du moment + 5 disques pour toujours

nosfell.jpgA l’occasion de la sortie de son nouvel album l’iconoclaste Nosfell nous présente ses 5 du moment et 5 disques du moment. l’occasion de découvrir un artiste passionné et intarissable quand il s’agit de parler de ses albums favoris »

juin 2009

5 disques du moment :


Spinnerette / A Prescription For Mankind
j’ai eu la chance d’avoir été présent durant certaines prises de voix de Brody Dalle dans le studio d’Alain Johannes lorsqu’ils finalisaient ce disque. J’ai redécouvert une artiste habitée par sa musique et extrêmement généreuse. Tout le monde s’est amusé à  faire ce disque et ça se sent. Par rapport aux albums des Distillers, Dalle est plus apaisée et engage sa violence sur les rails d’un délicieux sens de l’humour. Musicalement c’est juste une claque du début à  la fin. Il y a toujours une super idée de riff de guitare, les batterie de Jack Irons sont ultra efficaces. On ressent une véritable osmose entre tous. Pas étonnant Alain et Jack sont potes et font de la musique ensemble depuis tout petits !

Animal Collective / Merriweather Post Pavilion
j’ai du mal à  être objectif avec ce groupe. Je les ai vu plusieurs fois en concert. C’était différent chaque soir. Un vrai plaisir, une grande musicalité. J’ai toujours une préférence pour les compositions de Panda Bear, cette sorte de calypso sous tranxen-whisky. En les écoutant, j’ai souvent l’impression d’entendre les Beatles qui transcendent avec génie leur amour pour la musique américaine en se laissant guider vers une nouvelle musique, un nouveau genre.

Dirty Projectors / Bitte Orca
Pareil. Je les ai vu plusieurs fois et c’est toujours pareil: j’ai envie d’arrêter de prétendre être musicien. Longstreth sait comment doser ses compositions pour obtenir une forme ultra dynamique, emplie de musiques populaires, nouvelles et concrètes. Ce type est un génie.

Kronos Quartet / Floodplain
j’aime le concept de ce groupe. Un concept d’orchestre à  l’ancienne au service de compositeurs contemporains. Grâce à  eux j’ai découvert Piazzolla, Reich et Terry Riley. Ce disque me rappelle des sonorités oubliées de mon enfance. Je l’ai écouté que trois ou quatre fois et je découvre de nouvelles sensations au fur et à  mesure. C’est un disque introspectif pour moi, une oeuvre tellurique.

KJ Yesudas / Anthology
j’ai découvert la voix de KJ Yesudas à  Fort Cochin dans le Kerala l’année dernière. Un type qui travaillait dans une boutique de service internet m’a fait quelques copies de disques de musiques du sud de l’Inde. A chaque fois que je bloquais sur une voix c’était celle de Yesudas. Je revenais voir le gars de la boutique et il me faisait d’autres copies du chanteur (impossible de trouver les disques originaux là -bas). Je les écoute en boucle. Ils sont tous très différents car Yesudas a enregistré des chants religieux, des ragas et aussi des chants populaires. J’ai une préférence pour ces derniers qui regorgent de trouvailles en matière d’arrangements et de bidouilles d’enregistrement.

5 disques pour toujours :

rsdientsjpg.jpg

The Residents / the tunes of two cities
le groupe le plus avant-garde pour moi.
Il m’a semblé évident en écoutant leur musique et en admirant leur parcours que l’avenir de la création est dans le croisement subtile des disciplines. Rien n’est laissé au hasard dans leur art. Ni le beau ni le grotesque.

Tom Waits / bone machine
j’ai découvert Tom Waits en écoutant ce disque. Etant grand fan de Primus je suivais tout ce que Les Claypool faisait, ses side projects etc… Quand j’ai vu qu’il jouait sur Bone Machine de Tom Waits avec Larry LaLonde et Brain, je suis allé le loué à  la médiathèque direct. J’ai découvert le chanteur qui m’a réconcilié avec le blues. Il y a toujours des images fortes dans les chansons de Waits, comme des tableaux figeant les instants les plus surréalistes de nos vies.

Daniel Johnston / Fun
un pote m’avait bassiné avec les albums split de Jad Fair et ceux de Half Japanese. Je ne pouvais pas écouter tout ça à  l’époque, parce que je me l’interdisait, c’était contre ma religion: je n’écoutais que NWA et DAS FX. Quand j’ai écouté Fun j’ai revendu tous mes disques de hip hop pour acheter tout Daniel Johnston. Ses mots me parlaient. Sa voix résonnait comme celle d’un joyeux fantôme avec des histoires tristes à  raconter. Johnston raconte presque toujours la même histoire mais le génie qui l’habite lui donne mille formes. Puis je me suis mis à  ressortir les vieux disques de mon père et me suis replongé dans le folk et le rock. Quand je suis tombé sur l’album »It’s Spooky » avec Daniel Johnston et Jad Fair, j’ai écouté tout Jad Fair. Comme quoi mon pote avait raison d’insister. Maintenant je regrette d’avoir vendu mes disques de hip hop, ils auraient été bien à  côté de ceux de Daniel Johnston et de Jad Fair.

Roof / the untraceable cigar
Roof c’était le groupe de Phil Minton, Tom Cora et Luc Ex avec Michael Vatcher à  la batterie. Une sorte de dream team du jazz, du punk et de la musique improvisée. C’est en mettant les oreilles dans ce disque que je me suis vraiment plongé dans le free. En découvrant la voix de Minton, mon approche du chant a complètement changé.

Nine Inch Nails / the downward spiral
c’est un disque essentiel. Je l’ai acheté plusieurs fois parce qu’il m’arrivais souvent de l’offrir à  des amis qui ne connaissaient pas NIN. Je me sentais comme investi d’une mission !^.^! Je crois que c’est un des disques les plus intenses pour les adolescents que nous étions. En plus d’être hyper mélodique, il y a toujours une trouvaille dingue dans la production et les arrangements. Ca me faisait une belle pause, ça m’a vraiment ouvert la tête. Je n’écoutais que des groupes qui jouaient »en vrai » les machines je trouvais ça bidon (alors que j’écoutais du hip hop avant de me plonger dans le rock). Ecouter NIN m’a mené à  apprécier plus tard Aphex Twin, Autechre, mais aussi Suicide et Cabaret Voltaire; et aujourd’hui TV on the Radio…

Plus+

www.nosfell.com
www.myspace.com/nosfell

Envie de partager :
Publié Dans

One thought on “Nosfell : 5 disques du moment + 5 disques pour toujours

  1. Excellente interview, merci :).
    Après avoir usé mes CDs de Nosfell et l’avoir vu 8fois en concert, j’avais acquis la certitude que NIN faisait partie de ses influences plus ou moins proches.
    Une confirmation officielle, ma vie prend un autre sens :).

    Troy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *