Fausta

affiche_13.jpgIl y a derrière cette belle promotion parisienne l’objet du dépaysement qui a valu à  Fausta un Ours d’Or au festival de Berlin. Film péruvien (notons la rareté de ces contrées cinématographiques en France), Fausta est une histoire, ou plutôt une métaphore, un symbole plus qu’un film, de beaucoup de choses. Partant d’une trame casse-gueule dont on ne sait pas si elle tire vers le fantastique, l’absurde, le mélodrame ou la comédie, Claudia Llosa imprègne d’une bizarrerie sensuelle ce second film aussi puissamment érotique qu’il est entièrement suggestif. Par touches symboliques, parfois lourdes tant le film ne repose que sur elles, parfois étonnantes parce qu’elles finissent par transgresser l’idée même d’un scénario, et le plus souvent assez fines, le fil conducteur prend vie comme par magie, le goût de la cinéaste pour l’esthétique étant l’un des points forts de cette oeuvre singulière et rare.

Mais l’esthétique reste ici concentrée dans une cohérence de langage qui a ses codes, non pas une débauche de jolies vignettes comme le font parfois certains metteurs en scènes ; la bonne surprise du film, c’est justement l’accord qui prend vie entre l’art (car Fausta est une oeuvre créative, accomplie, donc artistique) et la présence d’une matière sociale qui, ici, est évacuée de tout sentimentalisme au cordeau par l’utilisation d’un univers et des métaphores plurielles. Claudia Llosa nous épargne les misères quotidiennes et préfère la magie du cinéma aux leçons de morales rabâchées, ainsi son film prend son envol original dans l’imprévisible parcours de Fausta.

Exquise aventure au goût fruité et étrange, Fausta est la preuve d’un cinéma d’auteur qui incarne une lucidité et une inventivité mêlées avec beaucoup de style et de maîtrise. On peut parfois se mettre à  chercher l’émotion à  force que tout soit submergé par les codes, comme si jamais le film ne devait être en prise directe avec son public, mais il y a là , comme ce même goût d’un fruit doux mais piquant, une chair féminine dressée et mûre que les lumières subtilement veloutées magnifient à  chaque moment. Une chair que l’on ne nous montre pas, ou presque, mais plutôt qui se laisse deviner par le visage cosmique, fulgurant, improbable, de l’étonnante Magaly Solier.

Jean-Baptiste Doulcet

3_5.gif

Fausta
Film péruvien de Claudia Llosa
Genre : Drame
Durée : 1h33
Sortie : 17 Juin 2009
Avec Magaly Solier, Susi Sanchez, Efrain Solis,…

La bande-annonce :

Plus d’infos sur ce film

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *