Maximo park – Quicken the heart

maximo_park.jpgNote aux possesseurs d’étendue herbacées, de jardin quoi, le nouveau Maximo Park, en plus d’être un des immanquables pop rock anglais de l’année, est aussi un excellent adjuvant à  la Honda autotractée. Ecouter Maximo Park peut gravement améliorer votre productivité jardinière. Le jardin n’aura jamais été aussi rapidement tondu. Oui on sait c’est pas très punk comme incipit. Pourtant c’est vrai, j’ai gagné une bonne demi heure.

C.’est que Paul Smith, l’homme au chapeau melon, et sa troupe de Newcastle, se trouvent à  l’exact point de rencontre de trois traditions anglaises : le punk générationnel -et au traditionnel jeu de comparaison on citerait quelque parallèle avec les premiers Placebo – ; le pub rock électrifié comme seul sait en engendrer l’Angleterre, avec des groupes comme Shed Seven ou Gene tiens en cherchant un peu de raffinement et puis un côté intello -on ne dira pas dandy- qui a présidé à  la britpop de Blur et Pulp à  une certaine époque.

Et à  ce croisement, on retrouve Maximo Park. A qui à  chaque album je donne un »ouais bof » à  la première écoute, avant de me laisser convaincre définitivement lors d’une seconde écoute, qui en général démontre son efficacité.Le groupe est parti en Californie pour enregistrer avec Nick Launay, un compatriote exhilé à  Hollywood. Quicken the heart enfile les perles mélodiques ; même si on met en garde le lecteur contre une écoute distraite qui noie l’album sous ses décibels constitutifs.

A volume sonore un rien au dessus de la moyenne et le cerveau libre d’entrave -ou alors en train de tondre la pelouse au casque – Quicken the heart est un album excellent et jouisseur qui oscille entre pop/rock vitupérant et allègement d’atmosphère, le tout de fort charmante façon. Maximo Park écrit des chansons qui, à  l’instar de Pulp mentionné plus haut, comme autant de petites histoires personnelles ou pseudo personnelles. Déboires amoureux, amour »I’m gonna mock your body out inch by inch » passent sous la plume d’un narrateur analyste. Et ce sont avec les chansons les plus apparemment personnelles qu’on se sent le plus d’affinités.

Dès que les guitares déroulent leurs riffs simples et incisifs (post punk ? New wave ?) quand le rythme se fait haletant, quand les mélodies se mettent à  dresser la tente durablement dans le ciboulot  » Alors l’envie de boire des lagers devient plus impérieux, tout en vidant le bac à  herbe sur le tas de compost. On s’attend à  ce que comme en concert, on voie le trublion au chapeau melon suant et en transe arpenter la scène comme quelque derviche ou Damon Albarn jeune et foufou. Si. Même si on est en train d’écouter l’album au casque au fond du jardin, et même si on est connement en train de s’acquiter des tâches estivales de tonte de pelouse comme tout gentleman farmer qui se respecte.

Et sérieux, en période estivale parfois plus pluvieuse qu’à  l’accoutumée, en période de repousse intense de l’herbe, de pression sur les salaires, de crainte de pandémie grippale et de taxe carbone »qu’il est bon parfois de se laisser porter par une pure décharge d’adrénaline brute, post adolescente, mélange de nostalgie de l’époque où on se mettait des mines et où on était capables d’enquiller le lendemain. Souvenir des années d’insouciance où la seule chose qui importait c’était le sourire de la voisine et la présidence du cercle de romanes (lettres).

Parce que la nouvelle livraison de Maximo Park est un condensé efficace de Pop Anglaise électrique, parce que ses mélodies sont imparables et parce que c’est le genre de groupe qui nous fait oublier parfois, le temps qui passe, on ne peut que conseiller l’écoute de cet album explosif. Pour des raisons qui tiennent autant à  la musique qu’au vécu. Et fuck la grippe !

Denis Verloes

3_5.gif

Tracklist
01. Wraithlike 2:29
02. The Penultimate Clinch 2:36
03. The Kids Are Sick Again 3:00
04. A Cloud Of Mystery 3:00
05. Calm 3:07
06. In Another World (You Would’ve Found Yourself By Now) 2:59
07. Let’s Get Clinical 3:53
08. Roller Disco Dreams 3:27
09. Tanned 3:33
10. Questing, Not Coasting 3:41
11. Overland, West Of Suez 2:46
12. I Haven’t Seen Her In Ages 3:00

Date de sortie: 4 mai 2009
Label: Warp / Discograph

Plus+
Le site officiel
L’espace Myspace
La chronique de our earthly pleasures
Les vidéos via Google

La vidéo de the kids are sick again via MTV

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *