36 vues du Pic Saint-Loup

affiche_5.jpgOn a connu Jacques Rivette plus inspiré que dans 36 vues du Pic Saint-Loup, interminable fable bucolique sur le sens de l’amour et de l’art. De clowns tragiques en lunes voilées, tout est symbole parcourant à  petits pas l’ensemble de l’oeuvre, quelque part perdue dans un fatalisme lumineux. Jane Birkin y traîne sa voix déchirée et Sergio Castellitto son regard morne dans les coulisses d’un cirque oublié, abandonné par l’absence du Monde.

Jacques Rivette parle de son amour pour la forme artistique, le geste et le sens d’un langage créatif qui, même dans l’invisibilité et l’intimité, créé les hommes et les femmes. Son film a pour grande qualité de ne pas être autre chose que ce qu’il est ; mais il a aussi pour inconvénient de ne pas être grand-chose au-delà  de son léger propos tragique et humain. Soit un petit cirque à  propos, grave et rose à  la fois, mais lassé par l’absence d’un Rivette esthète, lassé d’être si répétitif, naîf, et futile.

Jean-Baptiste Doulcet

2.gif

36 vues du Pic Saint-Loup
Film de Jacques Rivette
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h24
Sortie : 9 Septembre 2009
Avec Jane Birkin, Sergio Castellitto, André Marcon,…

La bande-annonce :

Plus d’infos sur ce film

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *