Mary et Max

affiche_6.jpgFormidable révélation animée de la rentrée, Mary et Max est une petite perle qui, avec ses airs de Wallace & Gromit sous influence de Tim Burton nous offre de grands moments de cinéma. Poème existentiel sur la morosité du monde, séparé entre le beau et le moche, le film est privé de couleurs mais il s’en dégage pourtant toute une palette dans la profusion des émotions qui s’en échappent.

La relation épistolaire subtile et touchante entre cette pré-pubère malchanceuse et ce vieux juif cynique qui n’en connaît pas forcément plus de la vie, est une belle preuve de la complémentarité que certains êtres humains établissent entre eux. Récit d’apprentissage (pour Mary, Max lui révèle tout ce que l’expérience du regard lui a appris, tandis que Max ne vit que pour Mary, la seule véritable personne qui s’intéresse à  lui). Sous ses allures macabres, Mary et Max se découvre finement et apparaît comme une oeuvre aux multiples langages, toujours ancrés dans l’actualité et l’universalité. La pauvreté, le respect de la nature, l’ouverture à  d’autres cultures, les religions et l’acceptation sociale, contre un humour absurde et décalé, une histoire d’amitié plus forte que tout et l’apparition de l’amour en guise d’étoiles qui pourtant, peu à  peu, se mettent à  tomber les unes après les autres.

En 1h30, Adam Elliot aborde beaucoup sans jamais tomber dans l’abondance ; son étonnante maîtrise du scénario (qui prend pourtant le parti délicat de décrire une période de vingt ans) rend claire et concise chaque idée, agrémentée d’une touche personnelle dans le langage (parlé ou visuel, le film est traversé de nombreuses inventions démentes). Le casting de voix est à  croquer, mais par-dessus tout, entre la virtuosité de la mise en scène et le pessimisme tendre du propos, il y a une émotion incroyable qui ressort de ce monde à  priori factice. Mais Adam Elliot y met tellement de lui-même, son histoire est si naturelle et universelle, sa vision des choses qui bougent si pertinente et réfléchie, que la finesse apportée par son approche artistique ne peine pas à  ressortir. Film grandiose sur la déchéance humaine et les larmes inutiles, Mary et Max nous promet dans sa glaçante fatalité un désespoir de tous les instants. Derrière, heureusement, quelques instants de bonheur éternels.

Jean-Baptiste Doulcet

4.gif

Mary et Max
Film australien de Adam Elliot
Genre : Animation
Durée : 1h32Sortie : 30 Septembre 2009
Avec les voix de Toni Collette, Philip Seymour Hoffman, Eric Bana

La bande-annonce :

Plus d’infos sur ce film

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *