Samir Barris – Tenter l’atout

samir.jpgAussi loin qu’on remonte dans la bio avouable de Samir, il est question de musique. Fan de Led Zep au lycée, il porte le cheveu long et tient la basse de jeunesse dans le groupe du bahut. L’amateur de rock est marqué, plus tard, par le Wowee Zowee de Pavement. Parfois d’ailleurs poussé à  haut volume sur la chaîne hifi parentale – pied de nez frondeur d’un fiston foncièrement trop gentil pour balancer le no future des Clash à  la gueule des générations pas encore passées. Pavement donc pour lâcher la bride de ce spleen rageur, qui titille les neurones comme le chat dans la gorge les jours d’hiver en Belgique. Réflexion qui trouve aux Etats-Unis son mode d’expression renouvelé : bricolage, énergie, fun.

Or, au même moment, la France envoie des signes de nouveauté musicale: Dominique A, Miossec et Mathieu Boogaerts…. Choc pour le lettre-moderniste / philo romaniste qu’est en train de devenir Samir. Il n’y a peut-être aucun rapport mais c’est à  la même époque, sur le campus de l’Université Libre de Bruxelles que naît Melon Galia. Samir forme avec Thierry de Brouwer (le Yéti) et Aurélie Muller (Soy un caballo) un des premiers groupes pop »en français » de Belgique. A la batterie cette fois. Un album voit le jour sous l’égide graphique de Dupuy-Berbérian Les Embarras du quotidien. Succès d’estime au royaume mais aussi outre-atlantique, avant éclatement de la formation.

Et Samir de papillonner : le théâtre universitaire (on ne se souvient pas sans joie de sa prestation en Puck dans Le songe d’une nuit d’été), la batterie toujours quand il accompagne Bright Eyes lors de leur premier déplacement low cost en Europe, puis l’enseignement, un temps.

De ses amitiés avec les anciens de l’université de Bruxelles naît la collaboration avec la contrebasse jazz de Nicholas Yates. Une orientation au diapason de sa soif de nouveaux paysages musicaux : Samir aborde Miles, Mingus, Jobim, Coltrane, Joao Gilberto, entre autres. Ouverture qu’on ne retrouve que timidement sur Quel effet?, premier album solo du garçon, porté par « le fossé » chanson carrément pop soutenue entre autre par la radio Pure Fm.

Est-ce cette propension a découvrir sans cesse de nouveaux territoires qui apporte dans Quel effet ? ce mélange réussi d’écriture dense mais sans prise de tête, de guitare fendarde, et de recherche de la mélodie qui fait mouche? A moins que ce ne soit l’entrée timide dans l’âge de raison, où se dispute l’adolescence rock et les exigences qualitatives d’adulte? A moins que ce ne soit pour nourrir une prétention mégalomane à  passer de la vitupérence des Clash à  la classe pré-post-punk de Lou Reed? Ou alors juste pour muer le mal-être contemporain en challenges personnels. Do it yourself. Briser les conventions. S’inventer. Muer le turbin en défis et la scène en passion. Quel effet? voit Samir multiplier les instruments, et travailler en chef d’orchestre de sa production. Puis tant qu’à  faire, il sort son album sans maison de disque, envoyant la galette aux auditeurs qui ensuite sont libres de lui renvoyer un prix libre »ou l’album qui n’aurait pas plu. Satisfait ou remboursé. Fun!

Barris multiplie les passages sur scène en Belgique et en France, pour promouvoir ses chansons au long d’une centaine d’estrades: de bars, concerts ou festivals , en solo ou duo. Kif!

De ce fourmillement de rencontres et cet échange de passions naissent de nouvelles idées cocasses ou vénéneuses, professionnelles ou personnelles, artistiques ou humaines. Participation au projet »Elvy » où il officie comme batteur, agrandissement de la petite famille, réflexion autour d’un projet de chansons jeune public, mise à  l’eau du navire  » XX  » (la version belge renommée il y a peu Le Beau Geste, rien n’à  voir avec les Britanniques: avec la jeune chanteuse Séverine Cayron), écriture pour Marie Warnant, démarches pour trouver un label en adéquation avec ses aspirations, duo avec… Etc. Etc.

Et voici venir Tenter l’Atout, le second opus. Exercice forcément casse-gueule. Peut-être un peu moins, en fait, quand on n’est pas encore attendu au tournant. Quand on a cru à  l’ombre d’une hype qui a détourné ses yeux des chanteurs dits de la »nouvelle scène française ». Un second album plus ambitieux. Sans doute. C’est ce qu’on dit quand un album élargit ses arrangements et gagne en ampleur.

On y retrouve les ferments du premier opus, ces textes littéraires trempés à  la fois dans l’encre de la poésie et dans l’acide libertaire de tout qui s’est un jour mangé en pleine poire Vian, Van Eigem, Nietzsche et Baudelaire. Cette capacité à  partir du spécifique d’une situation pour toucher du bout des doigts l’universel. Faire du trivial du beau, faire du pathétique une non-histoire générale. En chantant les joies de la paresse, le plaisir d’exister, l’idéal adolescent, le goût de la création ou les relations qui se font et se délitent sur un air de bossa, Samir enchante.

Plus que sur le premier opus, le disque lâche la bride. Ecrit avec réflexion,  » écrit  » tout court, il évite pourtant l’écueil intello. Il profite d’avoir plus d’espace, la liberté du temps, pour élargir son terrain de jeu. Les mélodies quittent le giron franco-francophile, pour s’en aller gambader joyeusement du côté de l’Amérique du Sud coiffée de panama,  ou de la casquette la pop rock Us électrisée façon souvenir de jeunesse.

On écoute du rock dans une chambre avec vue. On se remémore le temps jadis les yeux perdus dans le lointain. Evoquer le temps perdu en pensant décidément à  demain, parce que c’est ainsi et qu’il n’y a pas mieux à  faire. Tenter de devenir le surhomme de Frédéric Nietzsche et échouer forcément aussi un peu.

Denis Verloes

3_5.gif

Tracklist

01. Tu files
02. Tenter l’atout
03. Non
04. Air
05. si bien dire
06. Velours et mensonges
07. Si tu me suis
08. Mais oui mais
09. La voie rapide
10. Pauline
11. La question
12. Regarde-moi

Date de sortie: Novembre 2009

Label: Team For Action / Bang! / La Martingale

Plus+
Le site officiel
La chronique de Quel effet?

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *