The Dodos – Time to die

dodos.jpgC’est marrant un chroniqueur musical des fois. Avec la pléthore de zique qu’on nous glisse dans les oreilles et l’obligation de taper le score en pages vues sinon condamnés à  végéter en page 4 du classement Google sur le résultat de recherche; beaucoup de chroniqueurs musicaux courent, réussissent le 100 m et filent vers le haut de classement. Bon ok je sais, je suis connu pour ma lenteur légendaire dans la chronique et même des fois Benoît (le taulier) ça l’énerve. Que voulez-vous j’aime prendre mon temps pour écouter un album… je sais c’est mal.

Du coup, puisque tout le monde cavale, je ficherais presque mon billet que certains chroniqueurs ont aimé Visiter de The Dodos pour de mauvaises raisons. Pas que j’aie la science infuse non, ou que je me considère mieux qu’eux et tout le tralala… Mais j’ai l’impression que l’effet de mode et le »qu’est-ce qu’il a dit le voisin influent, sur l’album? Pour que je passe pas pour un tricard.. » a joué un maximum sur le précédent opus du groupe. Ceci expliquerait pourquoi les chroniques sont à  ce point mollassonnes quand il s’agit de parler du nouvel épisode. Parce que bon, critiquer Time to die en disant que l’entreprise ronronne et que l’ensemble des titres est un peu »identique »… c’est oublier que l’encensé visiter était exactement du même bois, et qu’il a surpris surtout pour sa formule batterie+guitare point à  la ligne et pas tant pour la folie mélodique. C’est à  se demander s’ils avaient écouté visiter de bout en bout, où s’ils avaient fait skip de temps à  autres…

Oui lecteur patient (ou lecteur qui fait semblant d’être dupe de ma fainéantise camouflée en sagesse critique), va, va sans crainte vers le Time to die, version 2009 des Dodos. Le duo a encore amélioré sa formule. Ecoute bien lecteur, derrière une production »musclée » signée Phil Ek, tu retrouveras tout ce qui te faisait aimer The Dodos jusqu’ici. Le grand braquet de la guitare -que c’est à  se demander si c’est une six ou une douze cordes ou si le gars des fois il aurait pas quatre mains pour gratter avec un tempo pareil-. Les voix qui s’entremèlent, et la batterie agressive qui ne s’en laisse pas compter par une guitare qui semble freluquette à  côté, comme au temps de la folk atypique de visiter ouvragée par Meric Long et Logan Kroeber

Long et Kroeber s’adjoignent une production lorgnant plus ouvertement vers le rock et transforment le duo en trio par l’arrivée de Keaton Snyder au vibraphone électrique. Pour un résultat qui fait presque passer l’originalité folk du précédent album pour un brouillon de la sensation très rock, très bruitiste, très nineties qu’est time to die, avec son univers chargé, sa saturation omniprésente, et son shoegazzing pas si éloigné. On songe forcément aux Shins (autre formation produite par Ek) mais aussi un peu à  Sophia, Moose, aux Vaselines, aux Pale Saints, et aux premiers Ride…. avec une coloration folk héritée du premier opus qui n’est pas pour déplaire à  un vieillard comme votre serviteur qui se serait sinon un peu ennuyé sans nouveauté aucune.

Time to die s’écoute en regardant ses pieds, avec des Gazelle de Adidas délacées…. Plus vraiment comme un ovni folk. Moi ça ne me déplait pas, bien au contraire. Du coup même je comprends pourquoi j’avais raffolé de Visiter, n’étant pas un fan acharné des barbus à  guitare des bois. A la réflexion je trouve, au contraire de plein de chroniques que j’ai lues et détestées, que ce nouvel album fait la part belle aux mélodies qui entêtent (small deaths, this is a business en sont les exemples les plus frappants) et au rock qui n’oublie pas d’être populaire.

Assurément un de mes albums préférés de cette année. Il aura fallu le temps pour que je vous le dise, mais bon au moins là  c’est fait.

Denis Verloes

4.gif

Tracklist

01. Small Deaths5:19
02. Longform 4:39
03. Fables 4:18
04. The Strums 4:47
05. This Is a Business 4:39
06. Two Medicines5:27
07. Troll Nacht 6:23
08. Acorn Factory 4:03
09. Time to Die 6:16

Date de sortie: septembre 2009
Label: Wichita / Cooperative music

Plus+
L’espace Myspace
Le site officiel
Les vidéos via Google
La chronique de Visiter

Envie de partager :

One thought on “The Dodos – Time to die

  1. Hey !
    Je viens de lire votre chronique sur laquelle je suis tombé je l’avoue, tout à fait par hasard … Elle est très bien écrite et m’a vraiment donné envie de découvrir cet album ^^
    J’en profite pour vous inciter à passer « jeter une oreille » sur mon myspace, où mes morceaux sont disponibles à l’écoute ! Vous chroniqueur musical et cultivé, peut-être pourras-tu me donner votre avis sur ma musique, ou me contacter pour quoi que ça soit d’autre ;)
    Bonne soirée,
    Luke Custance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *