Les Hommes préfèrent les connes, de Franck Ruzé

7030_167290520249_687250249_4154926_6141318_n.jpg

La jeunesse dorée, les trentenaires branchés, ces milieux semblent être le terreau idéal pour que les mots de Franck Ruzé soient couchés sur papier. Sûrement parce qu’il les connaît bien, ces milieux. Il en fait même partie, à  coup sûr. Car depuis 0% et 666, ses deux précédents romans, pendants français des premiers Bret Easton Ellis, l’écrivain est un parfait entomologiste des vies à  peine dissolues de bobos en plein doute sentimental et existentiel. Mais l’auteur vieillit (un peu), ses personnages aussi. Ils mûrissent, se questionnent de plus en plus, et cherchent enfin à  se poser, voire aimer à  long terme, voire vivre une aventure à  deux. Mais avec qui ?

Court roman (64 pages, presque une nouvelle), sous la forme d’un dialogue ininterrompu entre deux ex, Les Hommes préfèrent les connes évoque les relations compliquées que peuvent entretenir les jeunes gens au début du 21ème siècle. Style ultra-réaliste, familier tendance CSP+ (on est pas dans les cités du 9-3), on parle de sexe, d’égoîsme, de marivaudage moderne, de jalousie ou de honte, mais surtout d’amour. In fine, nos deux protagonistes font émerger leur besoin criant de bonheur, puisque seuls, ils ne le trouvent pas. Mais le trouve-t-on dans un couple ? Ils n’ont pas encore connu cette chance, ils auraient pu, tous les deux, essayer de consolider tout ça, que leur amitié se transforme en amour éternel. Ils auraient pu…

Mais Ruzé n’aime pas les contes de fées, même si le romantisme ressort grandi de cette succession d’anecdotes sur les hommes et les femmes, connes ou idiots, franches ou hypocrites, intelligents ou lâches. La vie n’est pas rose, surtout quand on s’acharne à  ne pas la revêtir de cette mièvre couleur.

Humour et grosse dérision, clichés, détails drôles, et grands principes, Franck Ruzé réalise un petit délice à  mettre entre toutes les mains, même si l’entreprise s’avère un peu légère par rapport à  ce que ce jeune homme a déjà  écrit. Un interlude amusant, à  l’image du duo dont on se demande jusqu’au bout s’ils vont finir par se remettre ensemble. Je vous laisse le soin de découvrir ça…

Jean-François Lahorgue

3_5.gif

Les Hommes préfèrent les connes, de Franck Ruzé

Editions Pylone, 64 pages, 12 €¬

Date de parution : octobre 2009.

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *