Jeffrey Lewis & The Junkyard – ‘Em Are I

Jeffrey_Lewis___The_Junkyard____Em_Are_I.jpgVoilà  un jeune homme qui n’aura pas vraiment marqué son époque. Mais, j’en suis persuadé, dont on réévaluera ou découvrira l’oeuvre dans une décennie ou deux: Jeffrey Lewis.

Pourtant, à  l’explosion (ou au retour sous les projecteurs, c’est selon) de la scène anti-folk au début des années 2000, il était là . Il en était même un des leaders. Une décennie plus tard, il est toujours là , un des seuls vrais survivants de ce mouvement, avec ses amis Kimya Dawson et Adam Green des Modly Peaches (et leur seconde vie Juno-esque).
Entre les deux, cinq albums: des marquants (‘It’s The Ones Who’ve Cracked That The Light Shines Through’, au hasard) et d’autres juste bons, mais recelant tous des chansons et des textes ciselés (ce mot est totalement cliché mais il convient bien à  ses compositions), la plupart du temps excessivement drôles.

Cette année, Jeffrey Lewis est de retour avec un nouvel opus,  »Em Are I’. Un disque dans la continuité des précédents, où Lewis continue de trancher avec son passé. Car depuis ses débuts, notre homme abandonne peu à  peu ce côté Do It Yourself qui l’a fait connaitre. Et cet album est le disque qu’enfin on était en droit d’attendre d’un tel artiste.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit: ‘The Last Time I Did Acid I Went Insane’ reste un très grand disque. Mais Jeffrey Lewis a une telle finesse d’écriture, un tel second degré, un tel humour, que c’est vraiment un grand plaisir de le voir enfin arriver à  quitter presque entièrement ce côté lo-fi/bricolo/à  la ramasse qui a fait son personnage pour mieux mettre en valeur ses textes et ses compositions.

Accompagné de The Junkyard, le groupe de son frère Jack, présent depuis le début de son aventure discographique, Jeffrey Lewis confirme une fois de plus qu’il est un songwriter de tout premier plan, évoluant ici entre rock bruitiste, country songs et balade acoustique et pop.

Et même si l’on sent sur certains passages l’envie d’un retour à  des chansons j’m’enfoutiste (quand il balance en plein morceau, comme ça, « This song was written by Jack. It’s called The Upside-Down Cross » par exemple), s’il garde ce côté DIY (la pochette est une fois de plus signée de sa main), »Em Are I’ reste un disque fin, intelligent et bien écrit, de bout en bout.

Limite canalisé, ne partant pas dans tous les sens, Jeffrey Lewis sort un nouvel album très cohérent, rempli de jolies chansons et de rock brut. D’ailleurs, histoire que cela soit bien clair pour tout le monde, disons le tout de go: notre homme vient (peut-être) de sortir son meilleur album à  ce jour.

5.gif

Olivier Combes

Tracklisting:
1. Slogans
2. Roll Bus Roll
3. If Life Exists?
4. Broken Broken Broken Heart
5. Whistle Past The Graveyard
6. To Be Objectified
7. The Upside-Down Cross
8. Bugs & Flowers
9. Good Old Pig, Gone To Avalon
10. It.’s Not Impossible
11. Mini-Theme: Moocher From The Future

Sortie: sortie: 19 mai 2009
Label: Rough Trade

Plus+
Myspace
Site officiel
Deux titres en écoute ici

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *