Obamo – Spirit of the papaye

obamo.jpg

Sur son Myspace, Obamo ne joue pas la carte de la biographie. Et on croit savoir que toute ressemblance avec un certain président des Etats-Unis serait purement fortuite, d’ailleurs surtout à  mettre au crédit du hasard qui l’a fait éclore à  peu près à  la même période que le groupe parisien.

A moins qu’il ne s’agisse d’un gigantesque coup marketing orchestré par le groupe un soir de fumette (oui parce que tout, de la pochette aux références, laisses songer que parfois Obamo aime les longues soirées »psyché ») pour faire parler d’eux.  » Et si on créait un président quasi homonyme  » ?

Bon maintenant que j’ai posé la blague potache, que personne n’a jamais du leur faire ;-) jouons celle de l’analyse. Obamo s’autoproduit »alors que des sources proches du détective privé chargé de l’enquête signalent que le vocaliste au moins a infiltré l’antre d’une énorme major de la place de Paris, où il s’est gardé apparemment de causer de l’odeur de sa papaye jaune/orange.

Le choix de l’autoproduction + Sacem rend déjà  le groupe sympathique à  mes oreilles, mais en fait, j’en écoute chaque jour des CD-R , j’en vois chaque jour des sites myspace où je me dis  » oui ils se sont autoproduits, oui »mais je sais pourquoi hein ». « . Pas ici. La surprise est bonne. Pour deux raisons. Elle convoque un genre musical qui en ce moment n’est pas encore usé et surabusé par le retour des styles. Et parce qu’elle ne se contente pas de re-formaliser le tout à  la sauce 2009.

Parce que oui il y a un côté anachronique de mode dans Spirit of the papaye. Là  où tout le monde est en train de se ré-enticher de la toute fin des 80.’s et du bruitisme de début 90.’s Obamo convoque Gong, Caravan, la flûte de Jethro Tull et King Crimson« . Mais pour ne pas être immédiatement catalogués groupe réservés aux faqueux qui branlent rien en parcourant les nues dans les chambres d’étudiants et les kots bruxellois »Ils s’amusent à  brouiller les pistes ou à  en actualiser la méthodologie. Pour prétendre à  une plus large cible que les seuls nostalgiques ou les seuls philologues de la musique du passé

Alors des fois Obamo à  la sauce psyché ressemble plus à  Outkast dans son double album, qu’à  un ènième récupérateur de bréviaire flower power. Il y aun côté évident, un côté sans prise de tête qui n’empêche pas le sérieux technique. Ca fait du bien. Parce qu’on repère tout ce qu’on aimait bien chez les groupes référents d’Obamo sans avoir à  se fader le pâle copisme. Ca fait plaisir. Il y a une once de groove en plus et une proximité entre chant et flow qui font ici la nouveauté nécessaire à  la surprise. Les arrangements sont subtils, (la flûte ça faisait vraiment longtemps ») . Ils contribuent à  créer un petit univers qui se distille au fil de l’album comme quelque opéra rock bien foutu.

Obamo ne se fourvoie en fait qu’une seule fois au fil d’un album super digeste : quand il se mettent à  chanter en français. Sans démériter, mais c’est le seul endroit de tout ce disque tout en impressions, où je me suis décollé du petit univers dans lequel j’ai été convié à  pénétrer, où je me suis promené le sourire aux lèvres à  plusieurs reprises. Le seul titre qui est mis là  comme pour me rappeler qu’il s’agit de musiciens français, francophones, contemporains.

Pour le reste, une toute bonne pioche, qui ferait presque croire à  nouveau au pétard ;-) et à  l’autoproduction.

Denis Verloes

3_5.gif

Tracklist

1.Prologue
The Departure:
02. SI
03. Smily
04. Higgins
The Trip
05.caressfull
06. Shadows
07. Catch We
08. Whistled
The porridge & the papaye
09. Focus
10. Lundi
11. Marvelling Slice
12. Spirit of the papaye
13. Epilogue
Bonus Track
14. Question

Label : Prolk records / Autoproduit
Date de sortie: automne 2009

Plus+

L’espace myspace

Envie de partager :

One thought on “Obamo – Spirit of the papaye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *