Mayer Hawthorne – A Strange Arrangement

Mayer_Hawthorne___A_Strange_Arrangement.jpgN.’allez pas croire que je suis fan de revival, mais l’actualité est ainsi faite. Après du eighties « en veux tu en voilà  je vous rajoute une guitare fuzz pour le même prix ma bonne dame? » voilà  donc de la soul, choyée, cajolée, bichonnée par Stones Throw, un de mes labels préférés s’il en est.

Depuis quelques années, l’industrie de la musique a su s’engouffrer dans un revival black des plus enthousiasmants. Mené par l’incroyable †˜Back to Black.’ d’Amy Winehouse, aidés aux ailes par les finlandais des The Soul Investigators, empli de légèreté par le surprenant †˜Rockferry.’ de Duffy, le courant a pris forme, et surtout soin de laisser sur le côté de la route les moins vrais du lot – tout du moins en grande partie. Surtout, il a confirmé que, selon moi, la soul est un courant phénoménal, peut-être le seul auquel le grand public n’adhère réellement que si la sincérité est présente.

De sincérité, Mayer Hawthorne n’en manque pas. Dernier petit prodige sorti de l’écurie de Madlib et de ses copains, ce blanc bec de 29 ans, et aux lunettes toutes carrées, est originaire d’Ann Arbor dans le Michigan. Un garçon initié très jeune à  la black music par son père, féru du genre, et qui ne destinait aucunement à  être chanteur mais plutôt musicien.

C.’est d’ailleurs là  que certains pourront trouver la petite faiblesse de ce †˜A Strange Arrangement.’, premier album du jeune homme: la voix. Une voix légère, au grain assez peu orthodoxe, loin des canons du genre. Précisons toutefois, qu’à  mes yeux, elle devient rapidement un atout indéniable, une marque de fabrique, aux accents qui parfois rappellent le grand Marvin Gaye.

Musicalement par contre, notre homme est renversant dès les premières notes. En faisant montre d’une loyauté sans borne envers cette soul qui l’a fait vibrer toute sa vie, Mayer Hawthorne rappelle à  lui tout l’imaginaire Motown, notamment celui des Supremes (dur de ne pas penser à  You Can’t Hurry Love à  l’écoute de Your Easy Lovin’ Ain’t Pleasin’ Nothin’ et à  Baby Love sur One Track Mind) mais aussi le fantôme de Burt Bacharach (I Wish It Would Rain notamment). Mieux il refait vivre cette période avec talent, sans vantardise aucune, avec une production soignée (une foultitude de détails, comme ces notes de guitare discrètes mais bien présentes à  la fin de The Ills par exemple), clappings, cuivres chaleureux et choeurs du meilleur effet.

Bref, il a tout d’un grand. Et si †˜A Strange Arrangement.’ n’est pas le chef d’oeuvre de l’année, il n’en reste pas moins un solide album de revival, par un jeune homme inspiré, dont les futures aventures discographiques seront très attendues sous mon couvre-chef.
Histoire de planter un point final à  cette chronique et de vous prouver qu’il n’y a pas tromperie sur la marchandise, voilà  ce que déclare Peanut Butter Wolf, fondateur de Stones Throw, dj et producteur à  ses heures, à  propos de Hawthorne: « I think Mayer is the only artist in the history of the label that I.’ve signed after hearing only two songs ». Le genre de compliment qu’il est difficile d’occulter et qui vous pose un artiste.

3_5.gif

Olivier Combes

Tracklisting:
01 Prelude
02 A Strange Arrangement
03 Just Ain’t Gonna Work Out
04 Maybe So, Maybe No
05 Your Easy Lovin’ Ain’t Pleasin’ Nothin’
06 I Wish It Would Rain
07 Make Her Mine
08 One Track Mind
09 The Ills
10 Shiny & New
11 Let Me Know
12 Green Eyed Love

Sortie: 9 septembre 2009
Label: Stones Throw

Plus+
Myspace
Deux titres en écouté ici

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *