Kwoon – When The Flowers Were Singing…

Kwoon___When_The_Flowers_Were_Singing....jpgFaites votre valise, prenez quelques pulls bien chauds, prévoyez quelques paires de chaussettes de rechange et oubliez les t-shirts, tongs et autres bermudas. Ceci fait, insérez ‘When The Flowers Were Singing »‘ dans votre lecteur, et partez dans un monde parallèle, celui de Kwoon, dans une galaxie éloignée, à  la beauté et à  la tristesse infinie.

‘When The Flowers Were Singing »‘ n’est pas un disque rempli de soleil et de joie de vivre. Dès sa pochette, noire et à  peine ornée d’une fleur qui semble pousser, le groupe assène son propos : plus encore que son prédécesseur †˜Tales and Dreams’ (déroutant album tant une autoproduction de cette qualité ne se trouve pas sous tous les sabots d’un cheval), ce nouvel opus va faire la part belle au désespoir.

Sur ‘When The Flowers Were Singing »‘, Kwoon embarque son petit monde dans un monde plein de pop, d’ambiant et post-rock rêveur, où les violons pleurent, où chaque son se fait évanescent, où chaque chanson semble planer dans les airs et rester en suspension, comme si de rien n’était, avant de disparaître discrètement.

Si Sandy (leader et maître à  penser du groupe) chante en anglais sur quelques morceaux, l’effet reste surprenant à  tel point que l’on se croirait revenu à  l’époque de †˜( ).’ de Sigur Ros, avec une langue inventée et indéchiffrable. Et si à  dire vrai on s’en fiche un peu tant la musique de Kwoon est évocatrice et totalement cinématographique, cela rajoute au côté onirique de l’album.

Sur un tracklisting intelligent où tout découle parfaitement, Kwoon propose une rêverie sur plus de 50 mns où semblent surgir des ombres étonnées avant de s’effacer, résignées par le spleen et la mélancolie galopante de cet album.

S.’ouvrant sur un déluge de sons électriques pour se terminer par le son ouaté de pas dans une neige épaisse et battue par un vent que l’on s’imagine glacial, ‘When The Flowers Were Singing »‘ est un album sublime, à  l’ambition plus grande et à  la production plus soignée que †˜Tales and Dreams’, de la part de Kwoon qui est clairement à  ce jour le secret le mieux gardé de France.

4.gif

Olivier Combes

Nb: Ce ‘When The Flowers Were Singing »‘ est donc autoproduit. Mais Kwoon a mis les petits plats dans les grands. Résultat ? C’est un superbe objet, que l’on peut se procurer en allant ici.

Tracklisting:
01. Overture
02. Great escape
03. Frozen bird
04. When the flowers were singing
05. Memories of a commander
06. Schizophrenic
07. Back from the deep
08. Labyrinth of Wrinch
09. Ayron Norya
10. …

Label: Autoproduction
Sortie: décembre 2009

Plus+
Myspace
Site officiel
Retrouvez cette chronique ainsi que deux titres en écoute ici

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *