En Italie, il n’y a que des vrais hommes

En_Italie_il_n_y_a_que_des_vrais_hommes.jpg« En Italie, il n’y a que des vrais hommes ! ». Cette phase a été dite par Benito Mussolini au moment où sont édictées des lois concernant l’homosexualité en Italie, dans les années 1930.
Ce roman graphique signé Luca de Santis, et Sara Colaone raconte comment étaient traités à  cette époque les homosexuels en Italie à  l’époque du fascisme, comment ils étaient arrêtés puis jugés sans réel procès puis exilés pendant plusieurs années sur l’île de San Domino sur l’archipel de Tremitti. Sur place, il vivaient en semi-liberté et en autonomie, et chacun retrouvaient plus ou moins l’activité qu’il exerçaient avant son arrestation. C.’est ainsi que, Antonio Angelicola, le personnage principal du livre, se retrouve tailleur, couturier pour se geôliers mais vivant comme ses co-détenus dans des conditions de vie assez déplorables.

Racontés en flash-bask par un Antonio Angelicola âgé de 75 ans alors qu’il à  un journaliste préparant un documentaire sur la politique à  l’égard des homosexuels, le récit de Luca de Santis a d’abord une vertu pédagogique et historique, rappelant que le sort des homosexuels a souvent été, au cours de l’histoire et notamment au cours du siècle dernier sujet de nombreuses persécutions.
Tout en bichromie, avec un trait assez dépouillé qui rappelle un peu celui de J.P Peyraud, Sara Colaone rend plutôt bien le scénario mis en place par Luca de Santis, nous faisant vivre de l’intérieur, entre humour et gravité, ce que pouvaient être le destin de ces hommes considérés comme des pestiférés dans un pays où, plus qu’ailleurs en Europe, l’identité homosexuelle a mis du temps avant d’être acceptée.

A noter que la Ban dessinée est préfacé par deux historiens et que l’on peut trouver, en annexe, la reproduction d’une interview de 1987 qui a permis le scénariste Luca De Santis de s’intéresser au sujet.

4.gif

Benoît Richard

En Italie, il n’y a que des vrais hommes
scénario : Luca de Santis
dessin : Sara Colaone
editeru : Dargaud
176 pages – 15.50€¬
Parution : janvier 2010

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *