Sarah Cole, de Grégory Mardon

sarah_cole_1.jpgHistoire improbable ou pas, en tout cas »Sarah Cole » raconte comment, Paul, un jeune et séduisant avocat se laisse charmer un soir, dans un bar par une femme plus âgée, plutôt vulgaire et dont la condition sociale et le physique semblent être à  l’opposé de tout ce que représente Paul. Si l’on pense au départ à  un jeu de séduction idiot et sans lendemain, très vite Paul et Sarah vont se retrouver et débuter une union étrange, une relation »amoureuse » presque dérangeante qui semble cacher une manipulation sous-jacente de la part de Paul »

Grégory Mardon (« le fils de l’ogre » ») adapte ici une nouvelle de l’écrivain américain Russell Banks (« de beaux lendemains ») dans un récit distancié et froid dont on devine difficilement l’aboutissement. Et c’est d’ailleurs ce qui fait le charme principal de cette histoire : cette relation contre-nature entre cette vilaine femme et ce sémillant jeune homme et dans laquelle on devine une certaine forme de perversité.
Bande dessinée en trompe-l’oeil, »Sarah Cole » se lit avec une curiosité presque malsaine, nous faisant profiter une fois encore du graphisme, ici assez dépouillé, d’un Grégory Mardon toujours aussi doué.

3_5.gif

Benoît Richard

Sarah Cole
nouvelle de Russell banks
adaptation et dessin : Grégory Mardon
editions : Futuropolis
80 pages N&B – 17€¬
Parution : mai 2010

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *