Indian Creek, de Pete Fromm

indian.jpgPour tous ceux qui ressentent un besoin de liberté et de dépaysement, Indian Creek de Pete Fromm est un livre idéal.
Ce roman se révèle être une évasion totale dans les Rocheuses. Nous suivons pendant neuf mois un jeune étudiant en biologie animale embauché par les Eaux et Forêts pour préserver des milliers d’oeufs de saumon au croisement de la Selway River et d’Indian Creek. Il va se retrouver seul, en plein hiver, face à  cette nature immense et dangereuse mais d’une extrême beauté.

Pete Fromm, auteur de nouvelles souvent récompensées et homme des montagnes grâce à  son expérience de ranger, sait nous conter cette nature qu’il a tant côtoyée. Il nous emmène à  des milliers de kilomètres de chez nous, il réussit à  nous toucher, nous émerveiller et nous angoisser au fil des pages. C’est à  se demander si nous ne sommes pas dans les Rocheuses avec notre héros à  couper du bois pour la réserve de l’hiver, à  marcher en raquettes sur des  » miles  » infinis, à  grimper des pics pour se réchauffer à  la lumière du soleil et à  chasser le moindre gibier pour ne pas oublier le goût de la viande. Cet émouvant récit initiatique nous conduit à  une réflexion sur la place de l’homme dans la nature, dans la civilisation et finalement sur la difficulté de vivre autant dans l’une que dans l’autre.
L’auteur décrit avec beaucoup de justesse les sentiments de ce jeune garçon, il pose les bons mots, des mots simples mais des mots qui nous parlent et savent révéler cet univers sauvage :  » Le lynx m’entendit approcher et me jeta un coup d’oeil par-dessus son épaule. Puis il se retourna, prêt à  m’affronter. Il soufflait comme un chat, en plus fort et plus menaçant. Il lança un coup de patte foudroyant, toutes griffes dehors. Puis il se mit à  avancer vers moi, les yeux jaunes et brillants, deux petites fentes remplies d’hostilité.  »
Tout au long de cet hymne à  la nature, on se sent tout petit et vulnérable. On y retrouve la trace du récit de Henri David Thoreau, Walden ou la vie dans les bois (1854). Deux êtres qui se retrouvent seuls dans une nature sauvage. Cependant, il ne s’agissait pas pour Pete Fromm d’élaborer une réflexion philosophique, il laisse sa plume raconter l’expérience d’un jeune homme qui en tire sa propre sagesse. Notre jeune héros veut vivre une aventure unique qu’il pourra raconter et se vanter d’avoir vécue. En définitive, il se rendra compte que son tête à  tête avec les Rocheuses est une expérience intime et difficile à  partager :  » Quand la route fut dégagée, la voiture redémarra et je laissai derrière moi Boone, mon printemps et mes saumons. J’étais venu ici pour avoir une histoire à  raconter, mais il se passa un certain temps avant que je trouve quelque chose à  dire.  »
Ce récit bouleversant n’est pas sans nous rappeler la soif de liberté et le courage de l’aventure que l’on rencontre dans les romans de Jack London.

Tous les bons ingrédients sont ici réunis pour passer un hiver mémorable dans les Rocheuses. Amis trappeurs chaussez vos raquettes jusqu’à  la librairie la plus proche.

4.gif

Caroline Rameau

Indian Creek, Un hiver au coeur des rocheuses
de Pete Fromm
Denis Lagae-Devoldère (Traduction)
Editeur : Gallmeister
256 pages – 22€¬
Publication : 2006
Disponible en poche

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *