The December Sound – The silver album

Spacemen 3, Spiritualized, My Bloody Valentine Jesus and Mary Chains, Slowdive, Warlocks ,Black Angels, BRMC et Nine Inch Nails on mélange et on accouche de ce gang foutrement doué, on met un doigt dedans on veut s’y noyer ad vitam eternam…,  Le gang propose une succession de voyages dont chaque escale est un décollage inédit vers des contrées tantôt saturées d’électricité, tantôt vaporeuses ou psychédéliques voire électro »ou mieux tout cela mêlé dans un même trip sonique. C.’est glacial et brûlant à  la fois, ça augure d’une aventure frigide et robotique mais en réalité ça vous éclabousse de sensualité et vous colle des idées en dessous de la ceinture. c’est fou de se délecter d’un tel disque en 2009

Zack Sarzana, chanteur et lead guitariste aussi sait trimballer son organe évanescent et spectral dans des eaux douces ou menaçantes. C’est un virtuose, un magicien, qui raconte mille histoires avec ses cordes vocales dans un calme éthéré ou au creux d’un nuage électrique, il ne laisse personne de marbre sans outrance ni putasserie. Pire, il dégaine son manche de la même façon.

C.’est vicieux ou aérien mais ça fait un mal absolu et pénétrant : pédales martyrisées, dissonances, entrelacs de riffs assassins, on encaisse mais on ne veut plus jamais se relever. Aucun morceau fatigué aucun break facile, de l’inventivité à  foison jusque dans les titres des morceaux), de l’audace, des mecs et une nana qui savent triturer leur instruments avec virtuosité (Drew Richards, le batteur nous mène par le bout de la cymbale, et démontre une maestria fulgurante dans la destruction ou la caresse de ses fûts, le seul élément féminin de cette opération , la diablesse Cat Crowley sait densifier le chaos distillé par son acolyte avec une dextérité et une efficacité démoniaque (Sur Painkiller, c’est basskiller aaaaaaaaaaaaah) et the cherry sur le cake ces effets au clavier et ce drone ahurissant qui parfument tous les morceaux c’est Byzance !

C.’est compliqué de s’enfiler ces perles sans bégayer de bonheur ou de téléphoner maison comme E.T. Je me passerai jusqu’à  la mort le  » Kill me (Before I kill you ) «  immense trip électro-pop lugubre façon Nine Inch Nails période Downward Spiral qui humidifie à  distance les draps les plus rétifs, c’est un hymne moite absolu et un festival de phéromones en puissance dans le chaos de décibels et excusez du peu, Sonic Boom (des Spacemen 3) en personne a commis un remix dévastateur (killer, !!!) du morceau -disponible dans les crèmeries underground et officielles. The Dope is Good..

Et puis on monte d’un cran dans le climax et l’extase avec les trois morceaux qui justifient avec »Kill Me » l’achat du disque. Comment décrire Drone Refusenik , ce trip drone cosmique (qui enterrerait presque la discographie entière des Black Angels– que j’aime d’amour- comme ça en 4.’25)et dont je ne me remets toujours pas on sent (que dis-je on entend) même le vent tournoyer au-dessus de nos caboches assommées par tant de classe) Riders on The Drone drivés par une rythmique inouîe oh my god et puis cette sitar phénoménale .

Et que dire de cette voix qui incite n’importe quelle nana normalement constituée à  entamer séance tenante la danse des 7 voiles pour son homme. Et j’ai pas fumé ou peut-être que si mais j’y vois un peu de Tool une lointaine cousine sublimée du »Disposition« (sur Lateralus) plus psyché plus fardée de sons ; d’ailleurs y a un peu le fantôme de Maynard James Keenan sur ce titre (oui j’ai fumé là  ) Dans le même trip plus exotique, plus beau ? encore, écoutez « Il Forte » même si elles ne se suivent pas ces chansons forment un duo assez indissociable à  mes yeux, elles se répondent incroyablement. Il Forte est un titre fabuleux, émouvant, beau à  chialer et intensément sexxxx et sensuel aussi la rythmique orientale vous transporte en plein désert et les riffs encore font parler la poudre enfin le sable plutôt.

En guise de rideau final, le Not If You.’re On your Time vient confirmer le statut de très haut vol du disque. Ce morceau de 13 minutes nirvanesques et épiques et sensuelles, c’est une petite sucrerie psyché foutraque et imprévisible, ballade  » psychécandy  » (ahaha sorry) inoubliable. Une intro vaporeuse spectrale renversante avec les baguettes qui s’entrechoquent et bon sang de bois ces percées de slide me font fondre comme neige au soleil. On rajoute une louche sur la rythmique fabuleuse et puis cette voix élastique pleine de réverb et on obtient le cocktail infernal pour nous déglinguer les sens.. It could have been the best tiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiime.. Le final où tout se noie dans un bordel proche du chaos ou de l’apocalypse avec apparition d’un sax ou un instrument approchant c’est foudroyant.

Après ce triptyque de calibre insensé outre les titres cités par les fondus j’aime plus que de raison  » No Heaven Like Hell «  (et son magnifique riff arabisant qui m’obsède vers les 2 minutes)  » Reminder » est un véritable trip en apesanteur avec sa rythmique martiale et ses voix traficotées et spatiales ou encore  » Maker «  qui voit les Stooges faire frotti frotta avec les Spacemen 3 et redonner ses lettres de noblesses aux embardées fuzz sur un hymne de bikers.

Ces larrons de Boston savent distiller un univers hypnotique et fascinant et vous enivrer en deux notes douze. Une fois in The December Sound you.’re so high sans narcotique ou opiacée destroy, ce disque c’, était,  ma came début 2009 . , Il côtoie notre côté obscur, le flatte pour mieux l’inonder de lumière de son,. Rarement un disque n’avait autant parlé à  mon inconscient..Ils peuvent me promettre la lune, je ne suis déjà  plus sur Terre.. WOW Entamer une telle galette par un excellent titre intitulé Never , c’est drôle pour moi c’est again and again. Chaque écoute est un trip incroyable, nouveau et un délire incontrôlable.

Et c’est une litote totale que de dire que je les attends de pied ferme sur le sol français, même si aux dernières nouvelles, le groupe serait en stand by assez prolongé (hélas , trois fois hélas ».) !

Corinne LGT

4.gif

Tracklist

Plus+
Le site officiel
http://www.myspace.com/thedecembersound
Les vidéos via Google
The December Sound – No Heaven Like Hell (live Philadelphia 2008) via Youtube

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *