Various Artists – We were so turned on: Tribute to David Bowie

Il est assez rare que je me fende d’une diatribe pour démonter un album. Mais là  sérieux à  un tel niveau de bouse, il faut prendre le clavier.

N.’achetez pas le tribute to David Bowie. Donnez plutôt immédiatement à  l’association War Child à  laquelle les bénéfices de la vente sont reversés.

Mais David, David, tu dois être bien malade, ou déprimé pour avoir ne fut-ce que donné ton accord à  cette compilation pourrie.

Allez dis-moi, dis-moi que tu ne l’as pas écoutée cette compilation non événement de reprise de tes tubes par quelques représentants de la pop (mais qui a proposé cette liste de concurrents ?) allant des plus médiatiques aux plus inconnus ? Que tu as vu surtout la bonne action derrière la démarche et que c’est pour cette raison que tu as donné ton blanc seing. Hein. Promis ?

Je crois comprendre que tu as ou as eu quelques soucis de santé, mais sérieux, tu mérites bien mieux que cet hommage à  l’emporte-pièce où on croise Carla Bruni et Etienne Daho, parmi les artistes les plus connus. Moi j’ai peur David, sérieusement, que ce soit une compilation porte-poisse.

Bowie c’est un mythe vivant, une esthétique, une image, un homme »Et tout cela semble bien absent de cette compilation mortifère, où tout nage comme dans une eau boueuse et nocturne où même Daho peine à  nager correctement.

24 titres sans âme dont je sauve uniquement la reprise de Ashes to ashes par Warpaint (et encore, seulement parce qu’elle évoque l’original en l’électrisant à  peine). Keren Ann semble absente sur life on mars, Carla Bruni fait du Carla Bruni sur absolute beginners, Megapuss est indigne de lui-même sur sound and vision« Et on pourrait continuer comme ça pendant des heures (parce que c’est bien des heures, que semble durer cette compilation).

Tout semble passé par la chape de plomb nauséeuse. Tous les artistes balancent une vague atone, lugubre, mais sans la moindre once d’âme. Par gentillesse je les pense pétrifiés avant de s’attaquer à  un tel monument, bien vivant de surcroît. C.’est d’ailleurs pourquoi je me plais à  imaginer que la compilation collectionne les seconds couteaux : les vrais enfants de Bowie, ou ses fans transis n’osant pas, loin de là , déjà  imaginer un tribute album.

Mais ce ramassis de reprises ratées même si elles prouvent, en creux, la force du Aladdin Sane de la pop au-delà  des seules compositions, n’est même pas digne d’une écoute. Auditeur passe ton chemin. Vite.

Denis Verloes

0.gif

Tracklist

Disc One:

Exitmusic »Space Oddity »
Duran Duran »Boys Keep Swinging »
Megapuss »Sound + Vision »
Warpaint »Ashes To Ashes »
Corridor »Be My Wife »
Chairlift »Always Crashing In The Same Car »
Vivian Girls »John, I’m Only Dancing »
All Leather »Fame »
We Are The World »Afraid Of Americans »
A Place To Bury Strangers »Suffragette City »
Tearist »Repetition »
Halloween Swim Team »Look Back In Anger »
Afghan Raiders »Fashion »
Polyamorous Affair »Theme From Cat People »
Swahili Blonde »Red Money »
Jessica 6″I’m Deranged »
Aska & Bobby Evans (Feat. Moon & Moon) »African Night Flight »
Xu Xu Fang »China Girl »

Disc Two:
VoicesVoices »Heroes »
Carla Bruni »Absolute Beginners »
Papercranes »Blue Jean »
Keren Ann »Life On Mars? »
Lewis & Clarke »Changes »
Zaza »It Aint Easy »
Genuflex »Soul Love »
Sister Crayon »Bewlay Brothers »
Marco Benevento »Art Decade »
Mick Karn »Ashes To Ashes »
Lights (NYC) »World Falls Down »
Aquaserge »The Supermen »
Caroline Weeks »Starman »
Rainbow Arabia »Quicksand »
Mechanical Bride »Sound + Vision »
Edward Sharpe & The Magnetic Zeros »Memory Of A Free Festival »

Label: Naîve
Date de sortie: octobre 2010

Plus+
Ecouter l’album via Spotify

Envie de partager :