5+5 = Karl-Alex Steffen

Artiste pop,  français à  la personnalité bien marquée, Karl-Alex Steffen vient de sortir un album (Les traces) vraiment étonnant dont l’ambition affichée dans la musique, mais surtout dans les textes, n’est pas sans rappeler celle d’un certain Diabologum. A l’occasion de sa sortie, Karl-Alex Steffen nous livre ses 5 disques du moment et ses 5 disques pour toujours.

Novembre 2010

5 disques du moment :

Owen Pallett : Heartland
Une merveille de pop sophistiquée et orchestrée dans la lignée d’XTC, Andrew Bird ou Scott Walker.

XTC : Apple Venus Vol 1.
Loin d’être une nouveauté puisqu’il date de 1999, c’est néanmoins l’album qui est joué le plus fréquemment sur ma platine ces dernières semaines.

Arch Woodmann : Mighty Scotland
Après les excellents disques de Laudanum et d’Erik Arnaud, une nouvelle très belle sortie de l’impeccable label Monopsone.

Florent Marchet : Courchevel
Parce qu’il s’en titre pas mal et que son succès, il ne l’a pas volé. Parce qu’avec Biolay (et quelques autres), ils savent,  rester ambitieux dans les textes et les compos tout en soignant les mélodies. La classe !

The National : High Violet
Un groupe que j’aime depuis ses débuts et qui a sorti il y a quelques mois ce que je considère comme leur meilleur album. Ils font partie de ces quelques groupes issus du  » rock-indé  » (Sonic Youth, Radiohead, Blonde Redhead, Wilco, The Notwist, TV on the radio ») qui ont su bâtir une oeuvre foisonnante, cohérente et constamment passionnante.

5 disques pour toujours :

Nick Cave and the bad Seeds : Tender Prey
Un disque découvert à  15 ans qui a changé ma manière d’écouter de la musique et d’en faire. Le type d’oeuvre qui fait bifurquer.

The Cure : Faith/Pornography/Seventeen Seconds

Pour les mêmes raisons que Nick Cave à  la différence qu’il s’agit pour moi d’une influence encore très prégnante, je crois, dans ma manière de composer et d’arranger les morceaux. Peu de groupes ont autant compté à  part peut-être Sonic Youth ou les Smiths.

We Insist! : Max Roach.’s Freedom Now Suite
pour la révolte qui transpire à  chaque instant de la voix d’Abbey Lincoln.

Television : Marquee Moon
Pour les jeux de guitare de Tom Verlaine et Richard Lloyd, pour leur influence sur Gang of Four, Fugazi ou REM et pour avoir l’occasion d’évoquer cet âge d’or du rock new-yorkais que furent la fin des années 70 avec Patti Smit, Talking Heads ou encore Suicide.

Dollar Brand : Good News from Africa

Car ce chef d’oeuvre d’Abdullah Ibrahim,  me permet d’intégrer un de mes disques de jazz favoris sans avoir à  convoquer les 2 éternels de ce types de rubriques que sont Miles Davis et John Coltrane.

Envie de partager :
Publié Dans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *