Indignation, de Philip Roth

845264389.jpg

Je serais méchant si je débutais ma chronique par cette sentence : personne d’autre que Philip Roth n’aurait pu écrire Indignation, digest dense de toutes ses préoccupations littéraires. Et bien, je vais l’être.

Vingt-neuvième ouvrage du brillant romancier américain que l’on ne présente plus, vingt-neuvième description d’une société américaine ultra-vissée, où le puritanisme et le bien-pensant continuent de mouler les individus, de les conditionner jusqu’à  des destinées plus ou moins heureuses. Même si ici, la vieillesse n’est pas le thème central, puisque le narrateur a 19 ans au début de la fiction.

Années 50. Marcus Messner, fils de bouchers kashers, échappe à  la préparation militaire pour la guerre de Corée, découvre la vie universitaire et ses a-côtés amicaux, sociaux, rivaux, et sexuels. Marcus Messner est un personnage plus que rothien : il est Roth. Et sa lente descente des enfers policés constitue la destinée identique de bon nombre d’ouvrages de l’auteur. Sauf que là , ramené dans un court livre précis, clinique, et légèrement cynique, Roth distribue ses habituels bourre-pifs avec une élégance désarmante. Difficile donc de résister à  l’énergie qui se dégage du livre, équivalente à  celle qui anime le héros tiraillé entre désir de liberté et conventions rigides, et qu’il exprime avec rage et (ô) désespoir.

Mais se dégage aussi l’impression que Roth ne se départit jamais de ses obsessions, signant non sans maestria une énième charge contre l’Amérique puritaine des années 50, et qui résonne de manière inquiétante sur l’état actuel de ce pays, brassant du même coup l’histoire collective du peuple juif en territoire américain dans la seconde moitié du 20ème siècle, ainsi que la lente émancipation sexuelle des jeunes adultes en avance sur leur temps. Il trace toujours sa même route d’écrivain engagé, coûte que coûte, ce qui finira bien par un jour nous lasser…

Vite lu, peut-être vite oublié, Indignation apporte une nouvelle pierre à  l’édifice rothien impressionnant, mais elle ne sera pas blanche…

Jean-François Lahorgue

3.gif

Indignation, de Philip Roth
Editions Gallimard, 251 pages, 17 €¬ environ
Date de parution : octobre 2010.

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *