Le jour du marché, de James Sturm

Mendleman est artisan juif un peu rêveur, un peu naîf, qui confectionne des tapis avec soin et minutie qu’il vend à  un grossiste les jours de marché. Mais voilà , ce dernier vient de prendre sa retraite, et son remplaçant, lui, n’est plus décidé à  lui acheter ses tapis. Futur père et homme responsable, Mendleman se refuser de rentrer à  la maison avec ses tapis sur l’épaule. Désireux de continuer à  subvenir aux besoins de sa famille, il se rend dans une ville voisine pour tenter de vendre ses tapis à  un grand magasin.

A l’image de l’américain Seth, James Sturm livre à  un récit emprunt de douceur et de mélancolie dans lequel il évoque l’évolution des modes de distribution des produits manufacturés et l’arrivé de la vie moderne, de la société de consommation. Avec beaucoup de simplicité, avec un récit très fluide, un dessin ligne clair très élégant et des aplats de couleurs sombres, l’auteur signe uen bande dessinée d’une grande intelligence avec un regard touchant sur le destin d’un homme dont la vie va changer et qui s’interroge sur le sens à  donner, désormais, à  celle-ci ? Conte moral, conte philosophique, chronique historique, »Le jour du marché » c’est tout ça à  la fois.

4.gif

Benoit Richard

Le jour du marché
scénario & dessin : James Sturm
Editeur : Delcourt
100 pages – 17.50€¬
Parution : octobre 2010

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *