[La playliste des blogueurs] Un soupçon de magie avec Christophe Basterra

OK OK OK, tu as envie de frapper, lecteur! de me maudire pour la fin de ma vie chroniquante. Je me suis encore dédit, penses-tu. Christophe Basterra n’est, pas plus que Ann Scott précédemment, connu pour son »personal branding » sur le net. Il n’est pas auteur du blog,  dont tout le monde parle, et ne s’amuse pas à  prêcher le froid ou le chaud sur la taille de la frange ou sur la couleur de ton vernis via son site internet de mode.


Ok OK. Mais… En plus d’être l’actuel (et futur ex -oui parce que toi et moi on ne le sait pas encore, mais lui il le sait que le numéro de janvier était son dernier) directeur de la rédaction de Magic RPM, Christophe Basterra est bel et bien blogeur. Alors ha, ça t’en bouche un coin hein espèce d’internaute vindicatif qui fait le lit des futures régulations du G20. Si si, ça aussi vous n’allez pas tarder à  le découvrir. Et puis mince quoi, depuis près de 10 ans que j’achète religieusement le seul mensuel qui parle plus de musique que de société, je n’allais quand même pas me priver d’interviewer le tron-pa non? Alors bon. Allez hop! Playliste que je lui ai dit. Et non non non, ça ne ressemble pas du tout à  un »selectorama » d’une revue bien connue.

Bonjour Christophe, peux-tu tu présenter pour Benzinemag.net
Pigiste au siècle dernier à  Rock and Folk sous les ordres d’une future star du petit écran, cofondateur du magazine Magic RPM,,  ancien directeur de la rédaction désormais en pré-retraite. Raconte tout, n’importe quoi et son contraire sur christophebasterra.tumblr.com

Un titre pour plonger dans de doux rêves ?
Dreams Never End de New Order ? Mais si je commence ainsi, je ne suis pas sorti de l’auberge « Alors, Sleep Patterns de Memoryhouse ou I.’ll See You In My Dreams de Moose.

Un titre pour se réveiller de bonne humeur ?
Je suis rarement de bonne humeur au réveil « Pas avant d’avoir écouté Just A Little Lovin’ de Dusty Springfield – sur l’album que vous avez tous, Dusty In Memphis.

Un titre pour ne pas devenir fou dans le métro ou les embouteillages ?
Pour le métro, je propose Going Underground de The Jam. Pour la voiture, Middle Of The Road de Denim.

Un titre pour s’acquitter des tâches ménagères ou pour les virtuoses de la cuisine ?
Pour le ménage, n’importe quel morceau de Psychocandy de Jesus And Mary Chain,,  les larsens continus se mariant à  merveille avec l’aspirateur – ce qui me rappelle que les Espagnols de Penelope Trip avaient utilisé un aspirateur sur leur bancal et génial premier album, Politomania. Par ailleurs, je cuisine si mal que l’abstention est la meilleure solution.

Un titre pour les ballades hivernales (en ville ou dans les champs) et/ou estivales (à  la plage ou à  l’autre bout du monde) ?
Pour les ballades hivernales urbaines, j’impose In The City de Chromatics. Dans une campagne enneigée, je chantonne tout de suite Cold de The Cure. Sur une plage, les pieds dans l’eau et sous les caresses du soleil, Summer Breeze de Isley Brothers, Higher Than The Sun de Primal Scream et Long Hot Summer de The Style Council rythment mes pas. Et comme l’autre bout du monde, c’est l’Australie, je propose alors Part Company de The Go-Betweens – c’est bizarre comme chanson estivale, vous trouvez ?

Un titre qui vous envoie forcément sur la piste de danse ?
Bizarre Love Triangle de New Order. Ou Temptation. Ou The Perfect Kiss – la version longue, bien sûr. Ou « Tout New Order en fait – mis à  part les morceaux de Movement et Blue Monday (faut pas déconner non plus).

Un titre pour faire l’amour ?
Bah, enfin : je ne fais pas l’amour en écoutant de la musique « à‡a pertuberait trop l’écoute. Mais s’il faut VRAIMENT répondre quelque chose, je prends A Feeling Called L.O.V.E. de Pulp – et j’évite soigneusement 17 Seconds de The Cure.

Un titre pour séduire l’élu(e) de son coeur ?

The Look Of Love, de Burt Bacharach et Hal David, divinement interprété par Dusty Springfield. Privilégiez la version longue, présente sur la BO de Casino Royale – celui de 1967, bien sûr. Je porte l’estocade avec Love At First Sight de The Gist et Fallin’ In Love d’American Spring. Et le lendemain de la première nuit, je crois que Morning Glory de Bobbie Gentry s’impose.

Un titre pour les lendemains de veille ?
A House Is Not A Motel de Love : c’est vrai quoi, faut pas passer son temps à  découcher non plus.

Un titre qui évoque votre enfance ?
Toute La Pluie Tombe Sur Moi de Sacha Distel – l’adaptation française de Raindrops Keep Falling On My Head, une autre compo de Bacharach. Ma maman me raconte que je chantais ça à  tue-tête dans un hôtel de Itsassou, très tôt chaque matin. Les autres pensionnaires étaient ravis.

Un titre que vous aimeriez qu’on diffuse le jour de vos funérailles?
De mieux en mieux, dites donc ! J.’hésite. Un peu narcissique ? All The People I Like Are Those That Are Dead de Felt. Tenez, pour un recueillement total, Elegia de New Order – la version de 17 minutes, comme ça, les gens pleureraient plus longtemps.

Le titre qui vous définirait le mieux ?
Comme je n’en ai aucune idée, j’écoute en boucle Who Do You Think You Are, la version de Saint Etienne, pour tenter d’y voir plus clair. Et dans certains cas, This Time I.’m Not Wrong de Sub Sub (futurs Doves), avec Bernard Sumner au chant.


Le titre à  écouter pendant la lecture de votre blog pour assortir les oreilles et les yeux ?

Comme je mets en ligne pas mal de chansons et de vidéos, ce serait un titre à  écouter seulement sur les posts photos « On Weegee.’s Sidewalk ou Song For William S Harvey, deux instrumentaux de Felt.

Le meilleur morceau de tous les temps ?
Je ne sais pas, les enfants « Mais le meilleur morceau de tous les temps qui va sortir en 2011, c’est peut-être bien Savage Night At The Opera de Destroyer.

La chanson pour déguster des pintxos en sirotant un txacoli à  Donosti :
La Tarea de Le Mans

La chanson qui vous donne envie de pleurer même quand vous n’avez pas envie de pleurer :
D de Codeine

La chanson pour présenter élégamment ses excuses :
Sorry Sorry de Idha

La meilleure chanson dont le titre est un nom de mannequin :
Penelope Tree de Felt

La chanson pour clôturer la playliste de Benzinemag :
Thank You des Pale Fountains

Plus+
Ecouter la playliste des blogueurs via Spotify
Le blog de Môssieu Basterra (qu’on remercie encore)

Twitter : @cbasterra

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *