Angèle et Tony

Remarquée pour son portrait de Zinedine Zidane, dont elle a suivi le parcours durant deux années pour la chaine Canal+, puis pour des courts métrages primés à  Venise, Alix Delaporte confie avoir voulu, avec son premier format long, à  peine 90 minutes cependant, raconter une histoire d’amour qui touche et fasse vibrer à  l’unisson les spectateurs. Un objectif totalement atteint tant l’impression d’empathie et d’affection ressentie pour les deux protagonistes nous saisit, sans effet de racolage ni volonté de la susciter. Bien au contraire, tout est ici question de délicatesse et de nuance et la rareté des dialogues met d’autant plus en relief le mouvement des corps et la signification des regards, qui se dérobent ou, à  l’inverse, fixent. Ce n’est donc pas tant le rapprochement entre Angèle et Tony, dont même l’affiche donne une pleine idée de ce qu’il va être, que les chemins empruntés pour le faire advenir qui déterminent les options prises par la jeune réalisatrice.

Dans un port de pêche en Normandie, deux solitudes se croisent, se toisent, se confrontent jusqu’à  s’apprivoiser, en permettant de percer la carapace. Chez Angèle, qui sort de prison, n’a pas la garde de son enfant laissé aux soins de ses beaux-parents, il n’y a pas d’espoir ou de promesse factice, mais la volonté sur laquelle elle s’arc-boute de se battre et d’avancer, en faisant de son corps qu’elle offre volontiers son principal atout. Renfrognée, ne souriant pas et sortant les griffes au moindre souci, Angèle ne renonce pas et lutte, vaille que vaille, comme en témoignent ses déplacements en vélo qui ponctuent le film comme autant de métaphores de sa propre évolution. Face à  elle, moins cabossé, mais plus réservé et taiseux, Tony est un marin pêcheur, revenu vivre chez sa mère depuis le décès de son père, mal à  l’aise devant Angèle dont il réprouve le langage et l’attitude d’offrande mercantile. Dans une démarche artistique qui n’est pas éloignée de celle de Maurice Pialat ou d’Agnès Varda (Angèle comme petite soeur de Mona, l’héroîne de Sans toit ni loi), Alix Delaporte filme une communauté au travail, en mer mais aussi sur les quais à  la vente des poissons. En ce sens, le film possède un véritable ancrage social qui n’est pas si courant aujourd’hui, mais il sublime également de façon romanesque, grâce aux moyens comme la lumière et les filtres photographiques qu’autorise le cinéma, une histoire d’amour en magnifiant les deux personnages par la délicatesse et la justesse du regard que la cinéaste porte sur eux. Le jeu de Clotilde Hesme et de Grégory Gadebois, comédien de théâtre venu de la Comédie Française, contribue largement à  faire de Angèle et Tony une réussite. Cette double reconstruction en marche saisie dans l’air iodé et dans la belle lumière maritime constitue une émouvante chronique sociale et sentimentale, à  la fois modeste, humble et pleine de promesses d’un avenir enfin plus radieux, sans excès d’angélisme ni de niaiserie.

Patrick Braganti

Angèle et Tony
Drame, romance français d’Alix Delaporte
Durée : 1h27
Sortie : 26 Janvier 2011
Avec Clotilde Hesme, Grégory Gadebois, Evelyne Didi,…

La bande-annonce :

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *